film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Troisième Printemps
Third Spring
© Abacaris Films
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Arnaud de Mezamat

IMAGE

Élisabeth Coronel, Arnaud de Mezamat

SON

Laurent Rodriguez

MONTAGE

Emmanuelle Jay

PRODUCTION / DIFFUSION

Abacaris Films

PARTICIPATION

Fondation de France, Parole et Cultures

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Abacaris Films, BPI - Bibliothèque publique d'information, La Maison du doc, Abacaris Films, Tënk

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Catalogue des vidéos à la demande

  • Distributeur(s) :

    Abacaris Films

  • DVD en vente sur :

    Abacaris Films

  • Visionner sur

    Tënk

  • Vidéothèque permanente, gérée par la Maison du documentaire, accessible sur place ou à distance et réservée exclusivement aux professionnels de l’audiovisuel.
    En savoir plus
  • Film appartenant au catalogue national de films documentaires pour les bibliothèques publiques de la Bpi, en prêt et consultation gratuits dans les bibliothèques de ce réseau.

Connue de peu de personnes, la Pouponnière d’Antony, près de Paris, a pourtant été l’un des grands lieux du soin psychique en France. La vie quotidienne dans ce lieu sans équivalent y fut filmée en 1999, quelques mois avant sa disparition. Seize ans plus tard, le réalisateur revient sur ces images inédites pour témoigner du travail qui s’inventait dans ce lieu d’accueil des enfants petits.

Behind the walls of a since demolished monastery on the southern outskirts of Paris that had been converted into a residential care home for infants by the children’s welfare service, something that only very rarely occurs took place: an unprecedented work of care for severely mentally disadvantaged persons. For very young children taken into care by the social services, the risk to the core of their being is extreme.
The founders of this residential home for infants, through their intelligence, necessity, and in close harmony with their vision of the world, invented what no other residential childcare centre had the knowledge or ability to do: they dispensed treatment in a place where society, i.e. we, had not asked them to. Seen from a distance, the most surprising thing about this treatment is its seeming banality. This apparent nothingness, this everyday life that is a “treatment” in itself, is certainly one of the most complex things to devise and the most difficult to sustain. And yet, its fragility is its strength.

À propos du film
Distinctions
  • 2017 : Images en bibliothèques - Paris (France) - Film soutenu par la Commission nationale de sélection des médiathèques
  • 2017 : Traces de Vies - Clermont-Ferrand (France) - Sélection "Un juste regard social"
  • 2017 : Cinéma du Réel - Paris (France) - Séance spéciale