film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Zona Franca
© Ciaofilm / Les Films du Poisson
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Georgi Lazarevski

IMAGE

Georgi Lazarevski

SON

Christian Sonderegger

MONTAGE

Jean Condé

PRODUCTION / DIFFUSION

Ciaofilm, Les Films du Poisson

PARTICIPATION

CNC. Aide au développement

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Andanafilms, Zeugma films, BPI (Bibliothèque publique d'information)

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Distributeur(s) :

    Andanafilms, Zeugma films

  • Film appartenant au catalogue national de films documentaires pour les bibliothèques publiques de la Bpi, en prêt et consultation gratuits dans les bibliothèques de ce réseau.

Zona Franca, vitrine touristique quelque peu décatie, est le plus grand centre commercial de Patagonie, dans la province chilienne du détroit de Magellan. C’est d’abord par la splendeur des paysages que Georgi Lazarevski nous fait découvrir ce pan de Nouveau Monde longtemps inconquis. Mais les cadrages disent autre chose que la beauté – peut-être l’angoisse d’y vivre isolé comme Gaspar, chercheur d’or qui peine à joindre les deux bouts. Le récit entremêle la vie de ce piquiñero, celle de Patricia, vigile de Zona Franca coincée dans sa guérite, et celle d’Edgardo, routier politiquement actif. La qualité d’écoute laisse à Gaspar et à Edgardo le temps d’exister aussi comme des êtres qui rêvent, Gaspar à l’amour qu’il n’a jamais trouvé, Edgardo au bateau de son père, vendu par nécessité. Quand les habitants bloquent les routes pour protester contre l’augmentation du prix du gaz, la bulle touristique éclate. La "Route de la fin du monde" prend un sens littéral pour les étrangers immobilisés. Poignante, la culpabilité d’Edgardo pendant les manifestations renvoie à une blessure ancienne, et aux cicatrices coloniales encore à vif de tout un territoire qui a trop tôt fait de muséifier son histoire. La très belle séquence où il visite l’hôtel de luxe dans l’ancien abattoir où il a travaillé dans sa jeunesse montre sans didactisme la violence des bouleversements en cours. (Charlotte Garson)

Zona Franca, a rather run-down tourist showcase, is Patagonia’s biggest shopping mall sited in Chile’s Magallanes Province. Georgi Lazarevski begins with magnificent landscapes to introduce us to this long-unconquered region of the New World. Yet, the framing reveals something other than this beauty – perhaps the anxiety of living there isolated, like Gaspar, a gold-digger who struggles to make ends meet. The story interlaces the life of this piquiñero, of Patricia, the mall’s security guard stuck in her sentry box, and of Edgardo, a politically active trucker. The quality of listening gives Gaspar and Edgardo the time to exist as men with dreams – Gaspar dreams of the love he has never found, Edgardo of his father’s boat, sold in a time of need. When the local inhabitants block the roads to protest against the rising gas prices, the tourist bubble pops. The “Highway to the End of the World” then takes on a literal meaning for the foreigners who are stuck there. Edgardo’s poignant feeling of guilt during the demonstrations harks back to an old wound, and to the still sensitive scars left by colonialism on an entire region that has too hastily confined its history to museums. The really splendid sequence when he visits a luxury hotel that was formerly a slaughterhouse where he worked as a youth undidactically reveals the violent nature of current upheavals. (Charlotte Garson)

Sortie en salles
  • Le 15 Février 2017
Distinctions