film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Taste of Cement
Le Goût du ciment
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Ziad Kalthoum

IMAGE

Talal Khoury

SON

Sebastian Tesch

MONTAGE

Alex Bakri, Frank Brummundt

MUSIQUE ORIGINALE

Sebastian Tesch

PRODUCTION / DIFFUSION

Basis Berlin Filmproduktion, Bidayyat for Audiovisual Arts

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Juste Distribution / Juste Doc

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Allemagne, Liban, Syrie, Émirats arabes unis, Qatar | 2017 | 85 minutes
  • Un film de Ziad Kalthoum

À Beyrouth, des ouvriers du bâtiment syriens construisent un gratte-ciel alors que, dans le même temps, leurs propres maisons sont bombardées. La guerre au Liban est finie mais en Syrie, elle fait encore rage. Les ouvriers sont coincés. Ils ne peuvent quitter le site avant 19 heures. La nuit, le gouvernement libanais impose un couvre-feu aux réfugiés. Leur seul lien avec l’extérieur est le trou par lequel chaque matin ils sortent pour aller travailler. Coupés de leur pays d’origine, ils se rassemblent le soir devant un petit poste de télévision pour obtenir des informations concernant la Syrie. Rongés par l’angoisse et l’anxiété, privés des droits de l’homme et du travailleur les plus basiques, ils continuent de croire qu’une autre vie est possible. Après The Immortal Sergeant, Ziad Khaltoum compose un essai déchirant sur ce que signifie une vie en exil, sans possibilité de retour, dans un monde en guerre. Cadrage précis, montage non académique et embardées oniriques du récit sont les marques de fabrique d’une œuvre cinématographique audacieuse, imaginative et visuellement ambitieuse.
(Giona A. Nazzaro)

In Beirut, Syrian construction workers are building a skyscraper while at the same time their own houses at home are being shelled. The Lebanese war is over but the Syrian one still rages on. The workers are locked in the building site. They are not allowed to leave it after 19.00. The Lebanese government has imposed night-time curfews on the refugees. The only contact with the outside world for these Syrian workers is the hole through which they climb out in the morning to begin a new day of work. Cut off from their homeland, they gather at night around a small TV set to get the news from Syria. Tormented by anguish and anxiety, while suffering the deprivation of the most basic human and workers right, they keep hoping for a different life. After The Immortal Sergeant, Ziad Khaltoum composes an excruciating essay on what it means to live in exile in a war-torn world with no possibilities to return home. Precise camera framing, unorthodox editing, and dreamlike narrative detours are the trademarks of a daring, imaginative and visually challenging cinematographic work.
(Giona A. Nazzaro)

Sortie en salles
  • Le 3 Janvier 2018
Distinctions