film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Soñando un lugar
© Kint Pictures
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Alfonso Kint

IMAGE

Alfonso Kint

MONTAGE

Alfonso Kint

MUSIQUE ORIGINALE

Damian P. Steffen, Pascal Gaigne

PRODUCTION / DIFFUSION

Kint Pictures

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Kint Pictures

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

"Elle serait comment l’histoire ?" Alfonso Kint rêve d’un "lieu où l’on peut toujours jouir de la paix et de la liberté, un lieu où un mode de vie plus sain est possible, un lieu en harmonie avec ce que nous sommes". Il commence donc à filmer sa vie avec ce rêve en tête sans savoir où cela va le mener. L’histoire est celle d’Alfonso et Lucia, citadins et artistes aux multiples facettes qui, après la naissance de leur fille Greta, décident de quitter la ville de Madrid pour un village déserté d’Aragon. Torralba de Ribota compte une centaine d’habitants, la plupart d’entre eux âgés de plus de 70 ans. Le nombre de villageois diminue au fil du temps : la majorité des maisons est fermée et n’ouvre que l’été. Seul, le cimetière s’agrandit. Alors que faire dans un village qui meurt ? Que faire dans cet endroit quand on est citadin, artiste, incapable de cultiver la terre ? Alfonso Kint raconte avec beaucoup d’humour et d’autodérision leur installation, la découverte de la situation du village, les expériences de leur fille qui grandit, et un peu comme elle, leur nouveau départ, la réinvention de leur vie.
L’histoire évolue. En faisant de l’art un outil de régénération, leur projet personnel devient un projet pour le village, leur rêve individuel se transforme en expérience collective. Les habitants eux-mêmes se prennent à rêver d’un avenir pour Torralba, ils s’autorisent à imaginer des rues animées par les rires des enfants, la réouverture de l’école, un village qui accueille le monde. Par son récit, son ton et la poésie de ses images, Alfonso Kimt semble peindre un tableau idyllique de la vie à la campagne. Mais il ne faut pas s’y tromper, le film soulève des questions graves comme l’exode et ses conséquences, le déracinement subi en ville, la nécessité de repenser nos vies face aux crises, l’auto- suffisance alimentaire, le rôle et l’accès à la culture en milieu rural. Il interroge sur des choix de vie qui s’opposent et donne l’espoir d’une renaissance des territoires ruraux grâce au développement d’expériences artistiques, moteur du repeuplement.
(Laurence Barrau)

Distinctions