film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Albert Maysles
© Maysles Films
1/2

Né le 26 novembre 1926 à Brookline, Massachusetts. Après des études en psychologie, il réalise son premier film Psychiatry in Russia, en 1955 puis forme en 1958, avec Richard Leacock, Robert Drew et Don Alan Pennebaker, le noyau de base de la Drew Associates dans l’intention de promouvoir un cinéma direct proche du journalisme filmé. [...]

Albert Maysles quitte en 1962 la Drew Associates et fonde avec son frère David la Maysles Films. Plutôt que de continuer dans le reportage, ils se spécialisent dans le portrait mis en images : Showman (sur le producteur Joseph Levine, 1963) ; Meet Marlon Brando (1965) ; With Love From Truman (1966).

Leur film de 1964 sur les Beatles constitue la colonne vertébrale du DVD The Beatles: The First U.S.. Plusieurs films de Maysles traitent de projets artistiques par Christo et Jeanne-Claude sur une période de trois décennies, à partir de 1974 où Christo's Valley Curtain a été nominéé pour un Oscar du cinéma jusqu'en 2005 où The Gates a fait sensation au Festival du film de Tribeca. En 1969, le film que les frères Maysles consacrent au vendeur de bibles Paul Brennan : Salesman obtient un certain succès public.

Bien que fidèles à l’éthique de la non-intervention du cinéaste au sein de l’univers qu’il filme (opposés donc à la caméra participatrice d’un Jean Rouch), les auteurs établissent toutefois une forme de complicité avec leurs sujets.
Cela apparaît nettement dans Gimme Shelter essai centré sur le déroulement tragique d’un concert des Rolling Stones. Dans Grey Gardens, ils s’intéressent à la vie quotidienne d’Edith Bouvier Beale et de sa fille, de proches parentes de Jacqueline Kennedy. Les frères Maysles passent des mois avec les deux femmes et captent les manifestations de leur intimité. Ils qualifient alors leur pratique de cinéma non fictionnel plutôt que d’œuvre documentaire. Ils réalisent en 1977 Running Fence.

Après la mort de son frère en 1987, il a continué à faire des films tout seul. [...] En 2005, on a attribué à Albert Maysles un prix pour l’ensemble de son œuvre au festival tchèque du film AFO. La même année, Albert Maysles a fondé le Centre Documentaire Maysles, une organisation à but non lucratif consacrée à l'exposition et à la production de films documentaires inspirant le dialogue et l'action à Harlem. Albert Maysles décède le 5 mars 2015.

(Source : Dictionnaire du cinéma - Larousse et Wikipédia)

+ Interview d‘Albert Maysles sur Arte
+ Interview d'Albert Mayses au Cinéma du réel
+ Article de Laurent Rigoulet sur Télérama.fr
+ Albert et David Maysles sur Wikipédia
+ Site de la société de production

Filmographie complète | Auteur-Réalisateur | Image | Montage

Page:1/3