film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Raúl Ruiz
© D.R.
1/2

Raúl Ruiz (1941-2011) est né au Chili. Entre l’adolescence et la majorité, il écrit des dizaines de pièces de théâtre, première manifestation d’une boulimie créatrice qui caractérisera toute sa vie et son œuvre. Il travaille ensuite pour la télévision mexicaine et chilienne, à l’écriture de séries (là encore, son goût pour les formes feuilletonesques ne se démentira jamais par la suite).

Proche du gouvernement socialiste de Salvador Allende, Ruiz se réfugie en France en 1973 après le coup d’état du général Pinochet. C’est là qu’il continue sa prolifique carrière cinématographique. Débuté en 1963, sa filmographie (cinéma et télévision, courts et longs métrages) compte plus de 110 titres. [...]

Ses premiers films d’exil sont très marqués par la théologie (qu’il a étudié au Chili), la philosophie, la peinture, le surréalisme et la littérature. Doté d’une culture encyclopédique, d’une érudition et d’une curiosité sans limites, Ruiz a adapté Kafka, Racine, Hawthorne, Stevenson, Proust, Giono, Shakespeare, Poe, Balzac et d’innombrables auteurs plus ou moins connus, filmé la danse, l’urbanisme, la sociologie, le folklore, le théâtre, accordant autant d’intérêt à la fiction qu’au documentaire, aux courts qu’aux longs métrages… [...]

Les films de Ruiz questionnent tous la notion de récit, avec un goût prononcé pour les structures gigognes, les mises en abymes et les effets de distanciation ludiques. Les tableaux vivants chers Klossowski se retrouveront dans de nombreux films de Ruiz comme son Proust (plans coulissants où le cinéaste réussit à filmer la cohabitation de plusieurs strates de temps dans le même espace, avec une virtuosité qui faisait honneur au style proustien). [...]

En 2004, Raúl Ruiz filme au Chili Dias de campo, projet intimiste et personnel qui marque son retour au pays natal après plus de trente ans d’exil. C’est aussi au Chili que Ruiz venait de terminer son dernier long métrage, encore en postproduction, La Nuit d’en face. Un film posthume qui s’annonce très autobiographique, comme un retour vers l’enfance, un boucle enfin bouclée après d’infinis détours, voyages dans le temps et chemins de traverse.

Le dernier film sorti en salles du vivant de Ruiz est sans doute son chef-d’œuvre, Mystères de Lisbonne, produit par Branco (avec qui Ruiz a fait ses meilleurs films) en 2010. Cette adaptation fleuve (272 minutes) d’un roman de l’écrivain portugais Camilio Castello Branco réconcilie l’inspiration baroque et fantastique du cinéaste avec sa passion du feuilleton et du romanesque. Mystères de Lisbonne, par sa durée, sa réussite artistique extraordinaire, son ambition et sa dimension testamentaire occupe dans l’œuvre de Ruiz une place comparable à celle de Fanny et Alexandre chez Ingmar Bergman. Le film obtient un grand succès dans le monde entier, et particulièrement en France où il reçut le Prix Louis-Delluc, consacrant un auteur dont de nombreux films, adaptations littéraires ou essais expérimentaux n’avaient connu qu’une carrière confidentielle, voire aucune carrière. [...]

Ruiz était également théoricien et avait écrit plusieurs ouvrages sur le cinéma, notamment Poétique du cinéma.

(Source : Arte)

+ Écrit(s) sur l'auteur

Filmographie complète | Auteur-Réalisateur | Image | Montage

Page:1/2