film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Želimir Žilnik
© D.R.
1/2


Né le 8 septembre 1942 à Niš (Yougoslavie), Želimir Žilnik est un réalisateur de films documentaires, mais également de fictions et de docudrama. Il vit et travaille actuellement à Novi Sad, en Serbie.

Après des études de droit, Želimir Žilnik commence à réaliser des films durant la seconde moitié des années 1960. Il fait partie du mouvement Novi Film, "Nouveau Cinéma" qui se distingue de du réalisme socialiste, en laissant place à l’expérimentation artistique et à la contestation politique. […]


À partir de 1969, le groupe est rebaptisé "Vague noire" suite à un article intitulé La Vague noire dans notre cinéma de Vladimir Jovicic dans le quotidien belgradois Borba dans lequel il dénonce l’"hérésie anti-socialiste".
Cette même année 1969, Želimir Žilnik remporte l’Ours d’or à la 17e édition de la Berlinale pour son premier long métrage Rani radovi (Travaux précoces), dans lequel il traite des manifestations étudiantes de 1968 à Belgrade et critique l’inapplicabilité du discours révolutionnaire à la réalité. Quelques années plus tard, en 1971, quand la campagne idéologique contre la Vague noire est à son comble, il réalise un documentaire qu’il choisit d’intituler Crni film (Black Film). Dans ce court métrage, il accueille six sans-abris chez lui, et interroge des passants dans la rue pour tenter, en vain, de leur trouver un logement.

Confrontée à la censure titiste et aux pressions du régime aux débuts des années 1970, la Vague noire se dissout. Želimir Žilnik décide de continuer à faire des films, en s’installant en RFA où il réalise plusieurs productions indépendantes de 1973 à 1976. Gardant un œil critique sur la société qui l’entoure, il s’intéresse aux conflits sociaux allemands et réalise entre autres Öffentliche Hinrichtung (Public Execution) en 1974 sur les interventions meurtrières de policiers qui abusent de leur autorité. Le film a été censuré en Allemagne.[...]

Rencontrant à nouveau des problèmes de censure en RFA, le réalisateur serbe retourne en République fédérative socialiste de Yougoslavie à la fin des années 1970. [...] À partir des années 1990, la lente dissolution de la Yougoslavie fait l’objet de nombreux de ses films dont Marble Ass en 1995, qui reçut le Teddy Award à la Berlinale. Dans le documentaire Tito po drugi put među Srbima (Tito parmi les Serbes pour une seconde fois) qu’il réalise en 1994, un acteur revêt l’uniforme de Tito et déambule dans les rues de Belgrade, suscitant ainsi l’étonnement des passants. Quatorze ans après la mort du dirigeant communiste, ces derniers jouent le jeu, se remémorent leur passé collectif et s’adressent à Tito : certains "yougonostalgiques" regrettent ce temps où au moins, ils avaient du travail, tandis que d’autres n’hésitent pas à le blâmer. Ce film fait naître une parole qui n’avait pas eu l’occasion de s’exprimer, et cela avec humour.

Želimir Žilnik a toujours tenu à maintenir son indépendance. Pour mener à bien ses films, il refuse de dépendre des financements et des décisions de l’État, il préfère tourner avec des petits budgets et travailler avec des sociétés de production indépendantes, telles que B92, chaîne de télévision indépendante de Belgrade. En 1993, il fonde la Teresianum Production Company grâce à laquelle il a pu réaliser quelques films par la suite.

Depuis les années 2000, toujours attentif aux changements historiques qui l’entourent, le réalisateur militant aborde le thème de l’immigration, conséquence de l’élargissement de l’Union Européenne à plusieurs pays issus du bloc de l’Est depuis 2004. Ainsi, il réalise Tvrđava Evropa (La Forteresse Europe) en 2000, Evropa preko plota (Europe Next Door) en 2005 et Stara škola kapitalizma (The Old School of Capitalism) en 2009, ainsi qu’un cycle autour du personnage Kenedi : Kenedi se vraća kući (Kenedi rentre à la maison) en 2003, Gde je dve godine bio Kenedi (Kenedi, Lost and Found) en 2005, Kenedi se ženi (Kenedi is Getting Married) en 2007. 

En 2018, il réalise Das Schönste Land der Welt (The Most Beautiful Country in the World).

(Source : Dokest89)

+ Site de l'auteur(e)

Filmographie complète | Auteur-Réalisateur | Producteur / Diffusion | Image

Page:1/2