film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Amir Naderi
© D.R.
1/2

Né dans la ville d’Abadan près du Golfe persique, Amir Naderi perd ses parents très jeune. Élevé par sa tante, il pratique différents métiers (cireur de chaussures, vendeur de glaces) avant de monter à Téhéran. D’abord gardien de studio, il devient photographe de plateau, projectionniste, scénariste puis assistant-réalisateur.

Après avoir travaillé sur 120 films à différents postes, il dirige son premier long métrage Adieu l’ami (1971), suivi de L’Impasse (1973) et de Tangsir (1974). Produit par le Kanoun, le moyen-métrage L’Harmonica (1973) est un de ses plus grands succès. Naderi va continuer à porter un regard poétique sur le monde de l’enfance avec L’Attente (1974). Ses derniers films réalisés juste avant la Révolution : Requiem et Le Gagnant tourné aux États-Unis, montrent son attention aux laissés pour compte de la société.

Au début des années 80, Naderi signe un film sur les victimes de la répression militaire du Shah au moment de la Révolution : La Recherche 1. Après le déclenchement de la guerre Iran-Irak, il se rend sur le front pour saisir le quotidien des combats, ce sera La Recherche 2. Les deux films sont interdits par la censure.

Le Coureur en 1985 marque le renouveau du cinéma iranien postrévolutionnaire à travers une histoire autobiographique qui montre la vie d’un enfant livré à lui-même mais décidé à accomplir ses rêves par l’apprentissage. Le succès du film dans de nombreux festivals ouvre la voie à d’autres réalisateurs iraniens comme Bahram Beyzai avec Bashu, le petit étranger (1986) ou Abbas Kiarostami avec Où est la maison de mon ami ? (1987).

Après L’Eau, le Vent, la Terre (1987), Naderi quitte l’Iran pour les États-Unis où il devient réalisateur et producteur indépendant, auteur de Manhattan by Numbers (1993), Manhattan ABC (1997), Marathon (2002) ou Vegas (2008). Il a également tourné au Japon, Cut (2011), une fiction où se mêle des citations cinéphiliques et une histoire de dettes et de paris clandestins mais aussi en Italie pour La Montagne, présenté à la Mostra de Venise en 2016 où il reçoit le Prix Jaeger-LeCoultre, dédié aux personnalités qui ont marqué de manière particulièrement originale le cinéma contemporain.

En 2014, il signe le documentaire-fleuve Mise en scène with Arthur Penn - A Conversation où il s’entretient avec un de ses auteurs de prédilection, le réalisateur de Bonnie and Clyde (1966).

Du 5 avril au 18 juin 2018, le Centre Pompidou lui rend hommage en proposant, en présence du réalisateur, une rétrospective intégrale de ses films.

(Source : Iran Ciné Panorama)

+ "La Guerre et la Révolution cachées d’Amir Naderi" - Jean-Michel Frodon
+ "Naderi par Naderi" - Site de Philippe Cote
+ Amir Naderi et le cinéma moderne iranien - Dossier de presse de la rétrospective consacrée à Amir Naderi et la modernité iranienne (5 avril - 17 juin 2018)

Filmographie complète | Auteur-Réalisateur | Image | Montage