film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Regard
img © D.R.

Harun Farocki
Images contre elles-mêmes

Du 23 novembre 2017 au 7 janvier 2018 - Centre Pompidou, Paris


Harun Farocki est l’un des plus grands observateurs de son temps. Né en 1944 d’un père indien et d’une mère allemande, il s’installe à Berlin et entre à l’Académie allemande du film et de la télévision dans les années 1960 – il y deviendra à son tour enseignant, de Christian Petzold notamment.

D’une ampleur inégalée, tant par ses champs d’investigation que par la diversité et l’inventivité de ses formes, son œuvre se compose de plus de cent-vingt films et installations, réalisés de 1966 jusqu’à sa disparition en 2014, ainsi que de très nombreux écrits sur le cinéma et les médias.

Avec une économie et une simplicité du geste cinématographique, liées à un souci constant de pédagogie et de partage avec le plus grand nombre, Harun Farocki se donne pour mission de "déblayer les décombres qui obstruent les images", de leur rendre une lisibilité menacée par leur instrumentalisation. Il analyse et rapproche, avec la même curiosité, toutes les images que le monde génère, quelle que soit leur nature : photographies, images d’archives, de communication, de marketing, imagerie militaire, vidéosurveillance, jeux vidéo...

Dans la lignée de Bertolt Brecht et de cinéastes tels que Jean-Luc Godard, Jean-Marie Straub et Danièle Huillet ou Robert Bresson, Harun Farocki use de la distanciation, nécessaire à une observation et un esprit libres. Il donne ainsi ses plus beaux développements à la forme du film-essai (Images du monde et inscription de la guerre, 1988, L’Expression des mains, 1997, pour ne citer qu’eux).

L’œuvre entière propose une lecture critique et poétique du XXe siècle et des débuts du XXIe, une étude passionnante des rouages du monde contemporain, de l’économie, de la guerre, du travail. Elle s’aventure là où le cinéma souvent s’arrête, où notre vie se déroule pourtant largement : dans l’usine, dans l’entreprise, dans les mondes créés par la communication, le marketing, le commerce, la finance. Vous ne verrez pas thriller plus haletant que Rien sans risque (2004), un documentaire sur les investisseurs en capital-risque.

Le Centre Pompidou se réjouit de montrer, pendant un mois et demi, dans le cadre du Festival d’Automne, la rétrospective la plus importante consacrée à Harun Farocki en France, à travers près de cinquante films – dont certains, tels La Vie RFA (1990) et Vidéogrammes d’une révolution (1992), comptent parmi nos collections. Parallèlement, une exposition en accès libre réunit douze de ses vidéos et installations, de la première, Section, créée en 1995, à la dernière, Parallèle I-IV (2012-2014).

Le formidable travail de collecte et de numérisation entrepris par Harun Farocki GbR, avec l’accompagnement sans faille du Goethe-Institut, ont été la pierre angulaire de cette manifestation. Le soutien de la Bibliothèque publique d'information dans son rôle de vitrine parisienne de la toute nouvelle Cinémathèque du documentaire lui a été essentiel. Je salue aussi la Friche la Belle de Mai à Marseille qui complète cet hommage en proposant une exposition rassemblant neuf autres installations de Harun Farocki autour du travail.

Son œuvre, dont l’intelligence aiguë de notre monde et le goût du partage font tout le prix, est bien vivante, offerte à nos regards.

Serge Lasvignes, Président du Centre Pompidou





Au milieu des années 1990, Harun Farocki étend son travail, d’abord pensé pour le cinéma et la télévision, à la forme d’installations spatialisées. Avec l’internet qui se développe alors, l’œuvre s’attache à poursuivre les images sur leur nouveau terrain, car il devient clair qu’elles ne seront plus données dans une expérience frontale et statique, mais dans un flux continu et fragmenté, omniprésent.

Vidéos en boucle et projections multiples invitent à un regard distancié sur les matériaux que l’auteur assemble et réassemble, offrant matière à plus d’une lecture.

Cette manifestation est organisée dans le cadre de la double rétrospective Harun Farocki - Christian Petzold.


+ Programme détaillé sur le site du Centre Pompidou
+ Calendrier de la double rétrospective
+ Consulter la brochure du programme en pdf
+ Harun Farocki GbR
+ Goethe-Institut
+ Friche la Belle de Mai


Retrouvez un article consacré à Harun Farocki, "Vidéosurveiller et punir", publié dans Traverses, la revue de film-documentaire.fr bientôt disponible sur le site.