film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Regard
img © Carole Barraud

Festival Les Inattendus

Du 9 au 17 février 2018 - Lyon


Cela fait désormais plus de vingt ans que Les Inattendus défendent, à travers un cinéma (très) indépendant, une pratique qui s’affranchit des barrières esthétiques habituelles, un cinéma qui abolit les frontières, notamment LA frontière entre réel et fiction. À l’heure où nos dirigeants érigent à nouveau des murs, et à l’ère de la "post-vérité" dans laquelle nous semblons être entrés, cette 11e édition du festival Les Inattendus prend alors le contrepoint de l’actualité.

•  Abolir les frontières
Si l’hybridation a ainsi été le maître-mot du festival depuis sa création, force est de constater que celle-ci n’avait jamais été aussi prégnante. Un documentaire sur une clinique vétérinaire prend alors des allures de film SF, les pérégrinations d’un homme à Marseille se muent en fresque historique dans le Mexique du XVIe siècle, les figures d’Arméniens du Haut-Karabagh deviennent celles de légendes séculaires. Comme si le réel semblait avoir un appétit de fiction, ou que la fiction lorgnait de plus en plus sur ses bords (pour paraphraser Jacques Rancière), c’est-à-dire vers le réel. Une hybridation magnifiée depuis longtemps par une frange du cinéma portugais, à laquelle nous consacrons un programme spécial. De Paulo Rocha à Pedro Costa, en passant par Antonio Reis et Margarida Cordeiro, une filiation se dessine, dans laquelle la fiction semble découler du réel.

•  Poétiser le réel
Car malgré leurs formes si différentes, ce qui lie tous ces films c’est que, d’une manière ou d’une autre, ils nous parlent du réel. Un réel bien souvent et malheureusement morose en témoigne tout un pan de la programmation portant sur la situation des migrants, mais un réel que tous ces cinéastes s’emploient à poétiser. Autrement dit, à faire un pas de côté pour lui donner un souffle, un éclairage nouveau. Une poésie qui permet d’appréhender le motif de la transe, au centre d’un second programme spécial, sous plusieurs auspices. Sujet documentaire s’il en est, il est à la fois possession, vision ou célébration. Un programme qui convoque également différents registres, tant plastiques qu’ethnographiques, tous reflets d’une expérience particulière faite avec le réel, d’une torsion de celui-ci.

•  Le cinéma en partage
Enfin, le festival Les Inattendus cherche encore et toujours à préserver l’expérience unique de la salle de cinéma. À travers les échanges avec tous les réalisateur-trice-s présent-e-s, mais aussi par le simple fait de mettre un film en partage. Expérience que Les Inattendus prolongent depuis plusieurs années également, au sein d’ateliers de réalisation collective. Aussi, à l’occasion de cette 11e édition, toute une journée de programmation sera consacrée à ces pratiques particulières de créations partagées. Des structures de Nantes, Montreuil, Bourges et Marseille viendront présenter leur travail dans ce cadre si spécial où le film prend vie grâce à l’implication de chacun.

Aussi, continuons d’abattre les frontières, et rendons sa poésie au monde !
Bon festival.

L'équipe des Inattendus


+
Voir l'agenda des projections
+ Consulter le programme complet en pdf