film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Écouter
img © Centre Pompidou – Cahiers du cinéma

Nuit Chantal Akerman

Sur France Culture avec Albane Penaranda



Alors que la Cinémathèque française programme une rétrospective des films de Chantal Akerman du 31 janvier au 2 mars 2018, Les Nuits de France Culture lui ont consacré une nuit d'archives en compagnie de sa monteuse, Claire Atherton et du réalisateur Vincent Dieutre.




Une nuit pour la saluer, pour le plaisir d'entendre sa voix, de l'écouter parler de ses films, de cinéma, de l'histoire, de son histoire et de la vie. Toute une nuit durant laquelle, pour nous souvenir d'elle et rappeler quelle importante cinéaste, tous genres confondus, est Chantal Akerman.


Les émissions sont toutes disponibles en podcast sur le site de France Culture :

+ Entretien 1/3 avec Claire Atherton et Vincent Dieutre

"Chantal Akerman créait des failles pour que chacun puisse chercher sa vérité."
Claire Atherton


+ Atelier de création radiophonique - Auto Radio Portrait par et avec Chantal Akerman - mars 2007

En 2007, Chantal Akerman faisait de la radio, avec un Atelier de création radiophonique pour lequel elle signait un Auto Radio portrait. La voix de Chantal Akerman… des mots, des textes… pour dire son travail, ses films, sa vie… Notes, journal intime, introspection dans laquelle tout se relie, tout est vécu ensemble, tout est dit dans le même mouvement… Chantal Akerman écrivain, sans aucun doute, mais qui a choisi le cinéma… L'adolescence… la ritournelle de Saute ma ville, son premier film, qui revient sans cesse… New York, Bruxelles, Paris… La voix de Delphine Seyrig, la voix de Jeanne Dielman… Un violoncelle… la voix de sa mère et, toujours là, cette histoire qui ne passe pas… Une œuvre, une vie, en soixante-quinze minutes, Chantal Akerman par elle-même à la radio.

"Il n'y a rien à dire disait ma mère et c'est sur ce rien que je travaille."
Chantal Akerman


+ Le cinéma et la vie - Chantal Akerman au micro de Claude-Jean Philippe et de Caroline Champetier dans Le cinéma des cinéastes - juillet 1977

En 1977, deux ans après la sortie de Jeanne Dielman, 23, quai du commerce, 1080 Bruxelles, Chantal Akerman avait tourné News from Home. Elle y avait filmé New York en de longs plans, le plus souvent la nuit et au point du jour. Images sur lesquelles la réalisatrice lisait les lettres qu'elle avait reçues de Belgique de sa mère quand elle vivait seule à New York, au début des années soixante-dix. 

En 1977, après le choc qu'avait été pour beaucoup Jeanne Dielman, Chantal Akerman était déjà une cinéaste qui comptait, alors qu'elle n'avait pas encore vingt-sept ans. Invitée dans Le cinéma des cinéastes, elle répondait aux questions de Claude-Jean Philippe et Caroline Champetier. Avec une grande fermeté, elle y exprimait notamment son désaccord avec Claude-Jean Philippe, quand celui-ci se demandait si le cinéma de Chantal Akerman n'était pas en train de détruire certaines mythologies du septième art dans son film documentaire News from Home.  

"Je ne vois pas pourquoi mon cinéma devrait détruire l'autre cinéma, dit mythologique, qui a existé avant."
Chantal Akerman


+ Microfilms - Chantal Akerman : Histoires d’Amérique - octobre 1989

En 1989, Serge Daney s'entretenait avec Chantal Akerman à propos de son dernier film Histoires d'Amérique. Un film sous-titré Food, Family and Philosophy, tissé dans la nuit de New York de tous les récits d'une histoire juive de l'Europe à l'Amérique, dont Chantal Akerman disait : "ce film est un travail sur le souvenir, mais des souvenirs inventés. Il est fait de tant d'histoires, histoires restées en travers de la gorge des parents. Et pour rester dans ce qui me reste de tradition, je n'ai pu échapper aux histoires drôles qui se sont fichées là au milieu de tout et tout le temps. Ces histoires drôles parfois consolatrices et qui permettent de survivre à l'histoire par le rire, un rire qui prend source dans la détresse même."


+ Entretien 2/3 avec Claire Atherton et Vincent Dieutre

"Les films les plus muets de Chantal Akerman sont les plus littéraires."
Vincent Dieutre


+ Microfilms - Chantal Akerman pour "Golden Eighties" - juin 1986

En 1986, Chantal Akerman était l'invitée de Brigitte Ollier dans Microfilms pour Golden Eighties, une comédie musicale inattendue à ce moment de la filmographie de la cinéaste. Réunissant Delphine Seyrig, Fanny Cottençon, Lio, Charles Denner, John Berry et Jean-François Balmer, ce film donnait à voir une autre facette de la personnalité de Chantal Akerman, plus légère et plus joyeuse que celles révélées par ses films précédents. 
Tourné en studio, s'inscrivant dans la filiation de Demy, mais aussi de Truffaut, éclatant des sons et des couleurs de son temps, Golden Eighties portait pourtant toujours quelque chose de Jeanne Dielman dans le personnage incarné par Delphine Seyrig. 

"Il n'était pas question pour moi de faire une comédie musicale à l'américaine."
Chantal Akerman


+ Proust à l'écran - "La Captive" de Chantal Akerman - août 2009

Certains, et pas des moindres – Losey, Visconti – en ont rêvé sans jamais aboutir… D'autres - Schlöndorff, Ruiz - s'y sont risqués sans totalement convaincre… Alors comment adapter Proust au cinéma ? Comment, dans un film, être fidèle tout à la fois à l'esprit et à la lettre d'À la recherche du temps perdu ? Comment la traduire par l'image et le son, et comment réunir sur l'écran les moyens de sa démesure ? 

En 2009, France Culture proposait une série, en cinq volets, consacrée aux adaptations cinématographiques de La Recherche de Marcel Proust. Dans le troisième, Florence Colombani s'intéressait à La Captive de Chantal Akerman d'après La Prisonnière. La cinéaste y disait ce qui avait dicté les choix de son adaptation qui - débarrassée de l'accessoire et du décoratif - est peut-être à ce jour la plus fidèle, la plus libre, mais aussi la plus simple, qu'on ait donnée du roman de Marcel Proust.


+ Première édition - Chantal Akerman pour son film" De l’autre côté" - mai 2002

Un matin du mois de mai 2002, Chantal Akerman était l'invitée de Pierre Assouline dans Première édition pour son film, De l'autre côté, un documentaire tourné sur la frontière du Mexique et de l'Arizona. De l'autre côté venait après D'Est, tourné dans les pays de l'Est après la chute du Mur, et Sud, tourné dans le Sud des États-Unis…
Trois documentaires pouvant être considérés comme une trilogie, selon leur réalisatrice qui en disait ceci : "Ils sont hantés par les camps, mais ça, je ne m'en rends compte qu'après les voir terminés. Dans De l'autre côté, il y a un mur, des halogènes. Ma mère, quand je lui demandais à quoi ça lui faisait penser, m'a dit : tu sais très bien..."


+ Du jour au lendemain - Chantal Akerman pour son livre "Ma mère rit" - novembre 2013

Chantal Akerman était sans doute un écrivain. Cinéaste et aussi écrivain… L'écriture était là toujours et depuis toujours essentielle. 
En 2013, Chantal Akerman publiait Ma mère rit au Mercure de France. Un livre comme le roman d'une vie, un autoportrait et portrait de famille… avec des photographies de famille, des photographies d'intérieurs… des décors, des choses, des images de ses films, des images de l'enfance.

À la page 107 on peut lire : "Ma mère m'a dit un jour, en sortant de là-bas mon cœur était mort".
"Là-bas", c'était les camps et Chantal Akerman écrit : "Peut-être qu'il était encore un peu mort quand j'étais petite, ou bien pour toujours, mais je ne crois pas. Enfin je ne sais pas. Et à quoi ça sert de savoir". 


+ Entretien 3/3 avec Claire Atherton et Vincent Dieutre