film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Regard
img © SLON

Les Ciné-tracts, témoins de Mai 68


La Cinémathèque et la société ISKRA ont numérisé des films originaux témoins de Mai 68, les Ciné-tracts, à l’occasion du 50e anniversaire de Mai 68, à partir de copies 16mm conservées à la Cinémathèque et de négatifs conservés au CNC.
Au total, ce sont plus d’une quarantaine de films connus sous le terme générique de "Ciné-tracts".



Nés dans l’effervescence politique et créative de Mai 1968, ils en constituent une des expressions artistiques les plus originales.

Réalisés pour la plupart en mai et juin 1968, au plus près des événements, les ciné-tracts (aussi appelés "films-tracts") ont été produits dans le cadre du collectif SLON (Société pour le Lancement des Œuvres Nouvelles), créé en 1967 à l’initiative de Chris Marker et de la productrice Inger Servolin. Les ciné-tracts, diffusés dans les réseaux associatifs et militants, ont été par la suite dispersés dans des sociétés de production ou chez des particuliers. ISKRA, qui a succédé à SLON en 1974, en avait conservé de nombreuses copies qu’elle continuait de diffuser.

Après un important travail de prospection de films autour de Mai 68, la Cinémathèque française a rassemblé, à des fins de conservation et de valorisation, un ensemble d’archives précieuses et fragiles.


Qu'est-ce qu'un ciné-tract ?

Réalisés au banc-titre avec une caméra 16 mm, les ciné-tracts présentent une grande unité formelle : ils sont muets (à l’exception du ciné-tract 006), en noir et blanc, d’une durée moyenne de 3 minutes. Ce sont des montages d’images fixes assemblant, selon de multiples combinaisons, des textes, des dessins et des photographies.

En mai 1968, le cinéma est considéré comme une arme politique dont chacun doit pouvoir s’emparer. Le collectif SLON, à l’initiative de Chris Marker, imagine une forme de production simple et économique, accessible au plus grand nombre, à laquelle il apportera son soutien logistique pour le tournage et dont il prendra en charge le développement et le tirage.

Pour lancer son projet, SLON diffuse un appel à "ciné-tracter", sous la forme d’un document dactylographié qui définit la forme que doivent prendre les films, ainsi que leur finalité. Il faut fabriquer vite. La technique du filmage des photos et des documents fixes permet d’éviter le stade du montage.
SLON propose un "manuel pratique" qui doit servir de guide aux cinéastes amateurs. Pas de titre en propre, mais une appellation générique "ciné-tract" ou "film-tract" suivie d’un numéro qui identifie le film sur l’amorce de la pellicule. Du jeu entre le texte (figurant sur des cartons) et les images naîtra un discours qui doit provoquer une réaction et susciter la discussion. Il s’agit, entre autres, de "contester/informer/interroger/dénoncer/rire".

Face aux actualités officielles diffusées par le pouvoir politique via l’ORTF, les ciné-tracts ont un rôle de contre-information. Leur dimension collective et leur anonymat revendiqué s’accordent à l’esprit de Mai 68. Toutefois, des cinéastes connus ont participé à l’aventure des ciné-tracts, et s’ils n’ont pas signé leurs films, certains indices matériels et stylistiques permettent de les identifier.

Les ciné-tracts sont conçus pour servir de supports aux débats politiques et diffuser une parole militante. De durée très courte, ils sont à la projection assemblés selon une multitude de combinaisons.
Leur mode de production "standardisé" et leur vocation subversive donnent aux ciné-tracts une proximité formelle et thématique. Mais à l’intérieur de ce modèle imposé, on voit se déployer une inventivité et une diversité stylistique surprenantes.

[...]

Véronique Doduik, chargée de production documentaire à la Cinémathèque française

+ Lire la suite sur le site de la Cinémathèque française



À consulter également :

+ Les années 68 au cinéma 
Sous la direction de Sébastien Layerle, Sylvie Dreyfus-Alphandéry et Manée Teyssandier
Une édition Autour du 1er mai

+ Images et sons de mai 68, 1968-2008 
Sous la direction de Christian Delporte, Denis Maréchal, Caroline Moine et Isabelle Veyrat-Masson
Une édition Nouveau Monde éditions


Les Ciné-tracts numérisés seront consultables prochainement à la Bibliothèque du film.