film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Regard
img © D.R.

Festival International Filmer le travail

Du 8 au 17 février 2019 - Poitiers


À l'heure où les espaces de rassemblement collectif deviennent des lieux de surveillance, il est réjouissant que les festivals restent des lieux de libre expression. Un festival, comme un espace politique (au sens premier où il s'inscrit dans la cité et la rassemble) et poétique grâce à une programmation attentive aux soubresauts du monde.

Si l'idée d'utopie, au cœur de cette 10e édition, est par définition ce qui ne peut s'ancrer quelque part, qui est sans lieu, le fait de garder en tête pour reprendre les vers du poète anglais John Donne que "nul homme n'est une île", et que le local peut être le territoire possible d'une utopie, a quelque chose de réconfortant. Nous n'allons pas nulle part et malgré les difficultés que rencontre Filmer le travail, qui nous ont fait jusqu'à douter de la tenue possible de cette édition anniversaire, nous n'y allons pas seuls. Gageons que ce projet ambitieux et un peu fou, dont la concrétisation renouvelée chaque année reste passionnante, puisse vivre et se développer encore. Car nous ne manquons pas de projets, d'envies d'explorer de nouveaux territoires cinématographiques, de tisser de nouveaux partenariats, comme en témoigne cette année l'attention portée au jeune public et au public étudiant avec quelques nouveautés : un journal du festival, des rendez-vous sonores, des lectures publiques.

Une édition traversée par la question de l'avenir du travail et des anticipations avec une conférence inaugurale de l'historienne Michèle Riot-Sarcey sur l'actualité des luttes, une table ronde sur le travailler et le vivre autrement, une sélection de films qui croiseront les regards avec des approches utopiques et dystopiques.

Une édition placée sous le signe de l'exploration et de la (re)découverte, pour croiser les époques et les genres et mettre en résonance des films, des parcours et des approches. L'Algérie sera mise à l'honneur à travers une rétrospective qui mêlera des films des années 1970, très rares, et des films récents. À la croisée des routes de l'utopie en actes (les groupes Medvedkine) et de l'Algérie, nous inviterons Bruno Muel cinéaste et chef opérateur, à venir présenter quelques films. Voyager dans le temps, mais aussi à travers des territoires, de Sochaux, à Alger, jusqu'au Nordeste brésilien avec une double séance de films, en présence du cinéaste Jean-Pierre Duret.

Des rencontres originales seront proposées à la croisée du cinéma, de la littérature et du son : panorama des représentations des femmes au travail et de leurs récupérations néolibérales avec Émilie Noteris ; projection / rencontre qui mettra en dialogue Tout va bien de Jean-Luc Godard et Des châteaux qui brûlent, dernier roman d’Arno Bertina ; une conférence projection sonore à la croisée de l'art et de la science de l'audio-naturaliste Marc Namblard. Cette édition se penchera aussi sur le geste de la création artistique avec un hommage à André S. Labarthe et quelques-uns de ses portraits d'artistes, une avant-première sur le travail de la chorégraphe Maguy Marin et comme chaque année des moments seront consacrés à la "fabrique des images du travail".

Filmer le travail c'est aussi un lieu d'émergence de nouveaux talents, avec l'appel à projets de France 3 Nouvelle-Aquitaine et la compétition internationale de films récents. Cette année, 22 films documentaires, dont la plupart des réalisateurs seront présents pour les accompagner et rencontrer le public.

Car cette année, encore plus que les autres, sera placée sous le signe de la rencontre, avec l'inauguration d'un lieu central ouvert à tous. Une belle occasion de mettre la convivialité au cœur de cette édition et de fêter les 10 ans du festival !



Les 22 films de la compétition :

Aperti al pubblico de Silvia Belloti
D’ici là de Matthieu Dibelius
De cendres et de braises de Manon Ott
Flesh Memory de Jacky Goldberg
Jess, vent de face de Sophie Glanddier
L’atelier qui chante et qui bavarde de Marianne Visier
L’Esprit des lieux de Stéphane Manchematin et Serge Steyer
La Concorrente de Alberto Diana
La Ronde de Blaise Perrin
La Voie normale de Erige Sehiri
Le Marcheur de Frédéric Hainaut
Les Conquérantes de Julie Lojkine
Les Petits Outils de Emmanuel Piton
Ligne noire de Mark Olexa et Francesca Scalisi
Lorello e Brunello de Jacopo Quadri
Minatomachi de Kazuhiro Soda
O Processo de Maria Augusta Ramos
Saule Marceau de Juliette Achard
Sisyphe de Driss Aroussi
Squid Jigging Fishing Boat de Yu Jui Lu
Un théâtre sur la lune de Jean-François Ducrocq et Éric Chebassier
Yellow Line de Simon Rouby


+ Consulter la programmation Algérie
+ Site du festival Filmer le travail