film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Regard
img © D.R.

Rencontres cinéma et société : Juste justice ?

Du 1er au 12 mai 2019 - Tulle

Le cinéma, dès sa naissance, s’est emparé du thème de la justice à travers des films documentaires comme des films de fiction. Du procès d’Alfred Dreyfus, réalisé en 1899 par Georges Méliès, fervent Dreyfusard, au film Une intime conviction d’Antoine Raimbault récemment sorti sur nos écrans.
Mais, la justice est-elle juste ? Telle est la question qui a guidé la programmation de ces rencontres cinéma et société 2019.

Deux grands axes ont structuré nos choix. Le premier interroge le fonctionnement de notre système judiciaire : est-il réellement indépendant ? Quelle que soit son origine sociale, chacun a-t-il les mêmes moyens pour se défendre, comme le voudrait un fonctionnement vraiment démocratique de nos institutions ? La justice ne s’exerce-t-elle pas comme une justice de classe, plus punitive pour les plus fragiles ? À ces questions fondamentales s’ajoute celle du fonctionnement judiciaire proprement dit avec les erreurs qui découlent souvent, faut-il le rappeler, des constats précédents.

Nous avons également tenu à évoquer le combat contre la peine de mort, sachant que son abolition peut sans cesse être remise en cause en France, et que ce combat se poursuit dans de nombreux pays.
Malgré tout, la lutte pour une Justice juste continue à se frayer un chemin. Elle se poursuit aujourd’hui partout dans le monde et les grands procès qui mettent en scène le droit international font entendre le désir de justice de sociétés entières. Le cinéma commence à témoigner de la lutte des peuples contre le FMI et permet de comprendre le fonctionnement du Tribunal Pénal International.

Le second axe de la programmation s’intéresse au système carcéral car la prison demeure souvent la seule réponse apportée aux dysfonctionnements individuels. Ne faut-il pas s’en inquiéter ?
On sait depuis longtemps, à travers les grandes révoltes du siècle précédent soutenues par des intellectuels comme Michel Foucault, que les conditions carcérales restent humainement indignes. Pourtant, des expériences montrent que des alternatives sont possibles.

C’est de tout cela dont il sera question autour de rencontres avec des réalisateurs et des professionnels de la Justice. Comme le dit Christiane Taubira : "S’il y a une mission régalienne sur laquelle on ne peut pas se permettre une indigence de pensée et de conception, c’est bien la justice. La justice est l’épine dorsale de la démocratie. C’est une mission qui doit rassurer, apaiser l’ensemble de la société".
Est-ce la réalité aujourd’hui ? L’indépendance de la justice n’est-elle pas menacée ? En effet, depuis les années 1990, de nombreux textes visent des populations cibles au nom du risque zéro, renforcent le pouvoir arbitraire de la police et affaiblissent le droit de la défense.
Au plaisir de vous retrouver lors de ces Rencontres cinéma et société.

Michelle Cotinaud, Françoise Dahmane et Sylvie Dreyfus-Alphandéry
Programmatrices des Rencontres Cinéma et Société 2019



Les Rencontres cinéma et société se tiendront en deux sessions : du 1er au 5 mai au cinéma de Tulle, puis du 9 au 12 mai en campagne corrézienne.

5 documentaires sont au programme de la première session :
Mémoires d'un condamné de Sylvestre Meinzer
Après l'ombre de Stéphane Mercurio
La Tragédie de Lurs ou l'affaire Dominici de Orson Welles
Ni juge ni soumise de Yves Hinant et Jean Libon
Le Procès contre Mandela et les autres de Nicolas Champeaux et Gilles Porte, en présence de Françoise Dahmane, membre du groupe de soutien aux films de la Ligue des droits de l’Homme.

Et 6 films documentaires au programme de la seconde session :
Jean-Jacques de Félice, la passion de la justice de Mehdi Lallaoui
L'Affaire Huriez de Michel Kaptur et Marc Bacot
La Peine de mort (série Les Grandes Batailles de la République) de Bernard George, en présence d’un représentant d’Amnesty International France.
Sur les toits de Nicolas Drolc
Le Khmer rouge et le Non-Violent de Bernard Mangiante, en présence de François Roux, avocat français de Douch, ancien responsable khmer rouge.
À l'air libre de Nicolas Ferran et Samuel Gautier, en présence d’un membre du syndicat CGT du service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP) de Corrèze (sous réserve).


+ Consulter le programme complet en pdf
+ Site des Rencontres cinéma et société