film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Regard
img © Gilles Pandel

Univers pluriels d'Alexander Kluge

Du 14 au 21 juin 2019 - Les Colloques de Cerisy



Juriste de profession, Alexander Kluge, né en 1932, commence sa trajectoire d'écrivain au début des années 1960, puis se consacre au cinéma, après un stage chez Fritz Lang et sous l'influence de la Nouvelle Vague. En 1966, il remporte le Lion d'argent à Venise pour Anita G. et, en 1968, le Lion d'or pour Les Artistes sous le chapiteau : perplexes.


À ses activités d'écrivain et de cinéaste, il ajoute ensuite celles de philosophe proche de l'École de Francfort – Espace public et expérience (1972), Histoire et Entêtement (1981), écrits avec le sociologue Oskar Negt – et de producteur de télévision, à partir de la fin des années 1980, avec sa société DCTP à Düsseldorf et ses émissions sur les chaînes allemandes RTL et SAT 1.



En 2000, paraissent les deux premiers volumes de sa monumentale Chronique des sentiments (plus de 5.000 pages aujourd'hui), qui regroupe quarante années de production littéraire. Pour l'ensemble de celle-ci, il reçoit en 2003 le prix Büchner et le prix Adorno en 2009.

Kluge est l'une des grandes figures de la vie littéraire, artistique, intellectuelle et culturelle allemande des cinquante dernières années ; il y incarne activement un projet de diversité culturelle à l'échelle européenne qu'on peut qualifier d'"hétérotope". Son œuvre, elle, intentionnellement polymorphe, s'essaye à une multitude de sujets et combine toutes les possibilités offertes par les techniques de représentation et les moyens artistiques de son siècle. Par là, elle résiste aux déterminations génériques et transgresse les frontières entre les médias, si bien qu'il paraît difficile d'isoler en elle les parts respectives du vidéaste et producteur régulier de magazines télévisés, du réalisateur d'une trentaine de films et de l'auteur d'une œuvre écrite, théorique et littéraire, d'une envergure impressionnante.
On serait alors tenté d'appliquer à Kluge l'épithète d'"universel" et de voir en lui un "artiste en tout" ou même un "artiste total". Au risque d'oublier cependant qu'un ouvrage apparemment "monstrueux" comme Chronique des sentiments ne vise la totalité du monde qu'à travers la sélection et l'agencement de récits principalement courts et de thèmes très disparates, entre lesquels la concurrence le dispute sans cesse à la convergence.

À l'heure où la traduction récente de deux volumes de Chronique des sentiments (P.O.L.) permet au public français de prendre à son tour la mesure d'un artiste et écrivain longtemps négligé – bien qu'il fasse une place privilégiée à la culture française –, ce colloque voudrait mieux faire connaître son œuvre paradoxale, multiple par ses genres et ses supports et aussi "globale" que parcellaire, aussi encyclopédique que kaléidoscopique. La durée d'une semaine fournit une occasion unique de revenir, en présence de l'auteur, sur l'ensemble de son travail, avec trois visées principales : opérer un état des lieux ; repérer et élucider quelques-uns des enjeux de l'interprétation de ses œuvres ; se demander si son idée d'une "Renaissance européenne du XXIe siècle" peut représenter l'horizon de la vaste production qui est la sienne.

Wolfgang Asholt, Jean-Pierre Morel et Vincent Pauval


À chaque jour du colloque correspondra un thème :

Le 15 juin : Esthétiques chez Kluge
Traduire (selon) Alexander Kluge (Vincent Pauval)
Auctorialité et convivialité chez Kluge (Christian Schulte)
Une "mémoire émotionnelle" productive : réception et transformation du genre opératique chez Alexander Kluge (Sylvie Le Moël)
Lire Alexander Kluge : s'orienter dans les documents - ou l'expérience de l'enfant entêté (Muriel Pic)
Fonctions du rire dans l'œuvre d'Alexander Kluge (Rainer Stollmann)
Esthétiques artistiques et littéraires, grand entretien avec Alexander Kluge, Georges Didi-Huberman et Joseph Vogl

Le 16 juin : Kluge et les arts
"L'intelligence de la plante du pied" — Alexander Kluge au Musée Folkwang (Isabel Hufschmidt)
Alexander Kluge prend l'espace — les transformations du film à l'installation (Gertrud Koch)
Frères d'âge, "faiseurs d'images" et iconoclastes à l'ère de la mondialisation et du web 2.0. Les dialogues intermédiaux d'Alexander Kluge avec Gerhard Richter (Hilda Inderwildi)
La colère. Spectres d'histoire chez Kluge et Baselitz (Markus Messling)
Scènes et voix de l'aveu (Christa Blümlinger)
Alexander Kluge et les arts, grand entretien avec Alexander Kluge et Hilda Inderwildi

Le 17 juin : Dimensions politiques
Dialectique, déconstruction, désorientation : pratique esthétique et philosophie du sentiment chez Alexander Kluge (Jean-Pierre Dubost)
L'imaginaire du politique chez Kluge (Georges Didi-Huberman)
Georg Simmel, Walter Benjamin and Alexander Kluge's Twenty-First Century Arcades Project (Richard Langston)
Terre transperce monde (Herbert Holl)
Alexander Kluge's paleopoetics of rescue (Gunther Martens)

Le 18 juin : Traduction-conception
Table ronde

Le 19 juin : Histoires de cinéma
"Histoires de cinéma" d'Alexander Kluge (Jürgen Ritte)
Entrelacement de lignes mélodiques et politiques dans l'œuvre cinématographique et audiovisuelle d'Alexander Kluge (Maguelone Loublier)
Formes, limites et réinventions du documentaire dans l'œuvre cinématographique d'Alexander Kluge (Dario Marchiori)
Les grandes références : histoire, politique et littérature
De l'esthétique du droit chez Alexander Kluge (Clemens Pornschlegel)
Traitement(s) de la Shoah dans l'œuvre d'Alexander Kluge (Catherine Coquio)
Chroniques de Révolutions ? La place des Révolutions dans les Chroniques (Wolfgang Asholt)
En commun avec le colloque parallèle "La revue Critique : passions, passages"

Le 20 juin : Les grandes références : histoire, politique et littérature
Alexander Kluge et la Russie (Jean-Pierre Morel)
Alexander Kluge : un auteur surréaliste ? (Andrea Allerkamp)
Éducation sentimentale : Kluge et Flaubert (Kai Nonnenmacher)
Stéréoscopie historique : Alexander Kluge et Marcel Proust (Ulrike Sprenger)

Vendredi 21 juin
Discussion générale avec Alexander Kluge et conclusions


+ Plus d'informations sur le site des Colloques de Cerisy