film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Regard
img © Éditions Mimésis

Chorégraphier le film -
Gestes, cadre, montage

Éditions Mimésis, 254 pages



Les relations entre les deux arts du temps et du mouvement, cinéma et danse, ont déjà fait l’objet de divers travaux, mais le plus souvent dans la perspective des croisements disciplinaires habituels : distinguer ce qui relève du cinéma ou de la danse, affirmer la primauté de l’un-e sur l’autre, voire subordonner l’un-e à l’autre ou évaluer les gains et les pertes (ce que le cinéma y gagnerait, ce que la danse y perdrait).


Pour sortir du système des arts, ce livre propose alors d’analyser les gestes dans l’espace filmique, leur découpe spatiale et temporelle par la caméra et le montage à l’aune d’une pensée chorégraphique contemporaine en considérant un large corpus de films pris dans tous les cinémas, des débuts aux plus contemporains.


Créateurs (Christian Rizzo, Javier Pérez, Nicolas Provost) et théoriciens (Xavier Baert, Laurent Barré, Cristian Borges, Amandine D’Azevedo, Alix de Morant, Laurent Guido, Aurore Heidelberger-Delabroy, Dick Tomasovic) participent à cette discussion pour explorer la possibilité d’une "danse des images" où chorégraphique et musicalité du film conversent.

Sous la direction de Térésa Faucon et Caroline San Martin.


Au sommaire de l'ouvrage :

Où se loge le chorégraphique ?
Dialogue dans l'intervalle

"Fatalité chorégraphique de l'invention du cinématographe"
Corps, scènes, machines : premières figures d'hybridation entre danse et cinéma
Dans le sillage de la Danse serpentine
Sculpter le mouvement

Le partage du mouvement
Le cinéma dans les pas de la post-modern dance : déclinaisons chorégraphiques du geste quotidien (Richard Serra, Andy Warhol, Chantal Akerman)
L'espace, ce lieu commun (Chocolat de Claire Denis)
Le corps à corps comme entrée dans la matière chorégraphique (Mes séances de luttes de Jacques Doillon)

Quand les formes filmiques inventent le chorégraphique
La danse comme cinéma, le cinéma comme danse
Sauter, danser, monter. La séquence musicale du film indien
Norman McLaren ou la conquête du chorégraphique
Le mouvement comme hésitation. La pixellisation comme forme


+ Plus d'informations
+ Site des Éditions Mimésis