film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Regard
img © Rise Films / DMP Films

The Human Factor - Dror Moreh

Critique - film-documentaire.fr


Sept ans après Israel Confidential (The Gatekeepers dans sa version anglaise), nommé aux Oscars en 2012, le cinéaste israélien Dror Moreh remporte le Grand Prix du Documentaire International du FIPADOC avec The Human Factor, un film au souffle puissant qui s’inscrit par de multiples aspects dans sa continuité.

Le conflit israélo-palestinien est certainement l’un des plus complexes du XXe siècle et l’échec de sa résolution l’un des fiascos les plus retentissants de la diplomatie internationale. Aussi faut-il saluer la démarche du cinéaste de ne pas se risquer à embrasser cette faillite collective dans sa globalité mais de s’acharner à délier ses fils tentaculaires film après film. The Gatekeepers s’attaquait au problème en explorant les failles de la politique sécuritaire israélienne. Chronique de trois décennies de lutte antiterroriste, le film démontrait ostensiblement que tous les choix politiques et stratégiques opérés depuis 1980 par tous les gouvernements israéliens, à l’exception notable de celui dirigé pendant deux ans par Yitzhak Rabin, avaient été marqués par une vision du monde trop nationaliste, paranoïaque et brutale, ainsi que par l’absence d’une véritable stratégie visant à établir ou à restaurer un climat de paix dans la gestion du conflit. The Human Factor, lui, s’attarde exclusivement sur les efforts demeurés vains de la diplomatie américaine, en particulier de l’administration Clinton dans les années 1990, décennie pendant laquelle la paix n’a jamais semblé aussi proche.


+ Lire la suite sur le site des écrits de film-documentaire.fr