film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Regard
img © D.R.

Reflets Cinéma Ibérique & Latino-américain

Du 16 au 30 septembre 2020 - Villeurbanne et Métropole de Lyon


Olivier Calonnec, directeur des Reflets, présente la 36e édition :

"Les Reflets se sont toujours singularisés par une volonté de montrer que le cinéma pouvait dire le monde sans forcément le définir. Se faire ainsi le marqueur d’une époque, d’une réalité sociale, politique, celui d’un bourdonnement, d’un frémissement, d’une envie de se soulever, de se révéler ou de s’affirmer. Pas toujours de manière consciente, mais avec une application quoiqu’il en coûte à rendre visibles des points de vues rivés à leur époque à travers des œuvres fortes, qui marquent les esprits sur la durée.

La longévité des Reflets, leur vitalité, n’ont rien de vénérable. Ils entretiennent, avec patience, avec soin. Et si en 2020, nous choisissons de lancer de nouvelles pistes (escales sonores, clips…), c’est parce que nous souhaitons continuer à vous surprendre et à activer de nouvelles dynamiques, de nouvelles synapses, dans un monde perclus de certitudes et de quant-à-soi.

Cette année, vibrons, soyons neufs, soyons connectés autrement que de manière virtuelle ! Le monde change, rien de nouveau en soi, alors soyons à la hauteur ! Curieux, pour de vrai, féministes, pour de vrai, lucides, vivants, engagés, enragés face à l’obscurantisme, à l’ignorance. Militants avec ce que nous sommes, et peut-être un peu plus.

Nous choisissons en 2020 de mettre en avant 3 pays : le Brésil, le Chili et Cuba. Il nous parait pertinent de documenter ce qui les anime, ce qui les agite à travers des regards forcement singuliers (amis des Reflets, vous vous y retrouverez !) Et d’aller au-delà des représentations simplistes ou hâtives. Les cinéastes dont nous montrons les œuvres (Pablo Larraín, Melina León, Aude Chevalier-Beaumel…) nous racontent ce que leur pays leur a inspirés – pistes de réflexion, urgence d’agir, de dire, de transmettre, de dénoncer… autant de facettes proposées qui forment la base d’un langage commun, universel, libre de conjuguer ce qui fut et ce qui est : le cinéma comme une écriture du temps qui passe. Comme une définition des Reflets…

Un focus sur le remarquable Kleber Mendonça Filho est également proposé, l’occasion de découvrir ou de redécouvrir un artiste qui a su peut-être avant les autres sentir le pouls d’une société brésilienne en déliquescence.

Enfin, une fête originale, à laquelle nous sommes particulièrement fiers de vous inviter : une invitation à l’écoute, une escale sonore dans les rues qui bruissent, les rues qui racontent, qui vibrent, qui n’ont pas à se justifier. Qui sont. Une écoute en silence, loin des bruits du monde extérieur, près de ce qui se joue, de ce qui se dit, de ce qui se perçoit. Les yeux bandés, les oreilles à l’affût…

¡Disfruten de la fiesta !"


De nombreux documentaires sont au programme, notamment parmi les "focus" du festival :

• Focus Brésil - Le cinéma comme acte de résistance par Gabriela Carvalho

Le Brésil va mal. L’arrivée au pouvoir en janvier 2019 de Jair Bolsonaro a amplifié un processus de délitement de la démocratie brésilienne, initié en 2013. Ce gouvernement d’extrême droite, élu au cours d’une campagne marquée par la diffusion en masse de fake news, s’applique à mettre en œuvre une politique au service des trois puissants lobbys qui ont favorisé son accès au pouvoir : l’église évangéliste, l’agrobusiness et l’industrie des armes. En découle une politique néo-libérale de destruction des droits des travailleurs, de criminalisation des minorités raciales, sociales et sexuelles, de colonisation de l’Amazonie par son exploitation et la mise en place d’une révolution culturelle.

Estou me guardando para quando o Carnaval chegar de Marcelo Gomes
Indianara de Aude Chevalier-Beaumel et Marcelo Barbosa
Quebramar de Cris Lyra
Swinguerra de Benjamin De Burca et Bárbara Wagner


• Focus Chili - 30 pesos, une étincelle par Carolina Navarrete Higuera et Andrea Zambrano

Le 18 octobre 2019 marque la rupture brutale d’un pays, le Chili, avec un lourd passé, époques dictatoriale et post-dictatoriale confondues. Une simple hausse de 30 pesos (3 centimes d’euro) du prix des transports en commun devient l’étincelle qui mobilise d’abord de jeunes étudiants puis la population toute entière. Une large batterie de revendications se répand comme une traînée de poudre dans les rues des villes. "Ce ne sont pas 30 pesos, mais 30 ans !" Ce slogan scandé par toute une génération de jeunes lycéens lorsqu’ils enjambent illégalement les tourniquets du métro de Santiago, révèle ce qui restait occulte sous le mirage du jaguar d’Amérique latine, le mal-être d’une grande partie de la société chilienne. Les films des Reflets cette année recueillent les signes et les latences de cette révolte annonciatrice de changements dans le pays et le continent.

Lemebel de Joanna Reposi Garibaldi
Zurita, verás no ver de Alejandra Carmona Cannobbio


• Focus Cuba - Un œil sur Cuba par Magali Kabous
Pourquoi garde-t-on toujours un œil sur Cuba ? Parce que l’île connaît d’incessants changements liés à sa politique intérieure ou aux relations internationales, changements qui se répercutent sur les pratiques artistiques et notamment sur le quotidien et l’œuvre de ses cinéastes, qu’ils travaillent au sein de l’institution sexagénaire ou bien en dehors. Les thématiques évoluent, les obsessions se confirment ou se déplacent, les moyens de production changent.

Suite Habana de Fernando Pérez


et aussi :

La Búsqueda de Daniel Lagares et Mariano Agudo
Eldorado, una vida mejor de Grégory Lassalle
Mamacita de José Pablo Estrada Torrescano
Muchos hijos, un mono y un castillo de Gustavo Salmerón
Que sea ley de Juan Solanas
Sous le nom de Tania de Mary Jiménez et Bénédicte Liénard


+ Visionner la bande-annonce de l'évènement
+ Consulter le programme complet
+ Site des Reflets