film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Regard
img © La Cinémathèque du documentaire à la Bpi

Helena Třeštíková - Marie Dumora : Lignes de vie

Du 20 janvier au 6 mars 2021 - En ligne, La Cinémathèque du documentaire à la Bpi


Julien Farenc présente le cycle Helena Třeštíková - Marie Dumora : Lignes de vie :

"La cinéaste tchèque Helena Třeštíková et la cinéaste française Marie Dumora développent chacune une singulière esthétique de la rencontre. Elles filment avec une infinie patience des êtres et leurs familles – de cœur ou d’infortune – en revenant sans cesse auprès d’eux. Cette fréquentation assidue, fidèle, est une expérience commune d’observation participante, au plus près de la vie.

Elles partagent ensuite avec le spectateur une expérience de faire ensemble sous la forme de récits, qui sont pour leurs "personnages" autant d’odyssées. Des lignes de vie grandissent ainsi sous nos yeux, au fil du temps, s’entrecroisent parfois par ricochets.

Car pour les deux cinéastes, attentives aux êtres en marge, filmer les gens simples – ceux qui ne laissent pas de traces –, filmer les démunis ou les réprouvés relève d’une démarche profondément personnelle, qui n’est ni de la sociologie, ni du journalisme.

Quand Helena Třeštíková filme Vojta, elle ne filme pas les Roms mais un musicien tchèque. Quand Marie Dumora filme Sabrina, elle ne regarde pas les Yéniches mais accompagne une enfant des foyers. Quand Třeštíková rend visite à René, elle ne filme pas l’institution de la prison ; de même Marie Dumora ne s’intéresse pas aux services sociaux alsaciens.

Toutes les deux observent en revanche des êtres qui cherchent leur place, souvent en rupture avec la société ; des lignes de vie plus forte que l’infamie ou le déterminisme social. Belinda, Katka, Sabrina, Mallory et les autres avancent ainsi vaille que vaille, développant des formes farouches de résilience, des anticorps à leur assignation et leur désespoir. L’issue est fragile, incertaine, mais la vie se révèle encore et toujours plus forte.

Cette première rétrospective française de l’œuvre d’Helena Třeštíková met en évidence un cinéma qui s’élabore sur la (très) longue durée. Contemporaine des expériences longitudinales de Michael Apted (The Up series), Barbara et Winfried Junge (Die Kinder von Golzow) ou Michel Fresnel (Que deviendront-ils ?), Třeštíková travaille la sérialité documentaire selon des modalités précises. Au montage, elle ordonne chronologiquement chaque séquence pour restituer l’expérience d’une vie, dans la durée condensée du film. Le résultat est souvent vertigineux. Elle s’inspire d’une technique aussi ancienne que le cinéma, le résumé-accéléré ou time-lapse en anglais.
Son dernier film Anny est présenté en première mondiale dans une salle de cinéma.

Avec cette première rétrospective française de l’œuvre de Marie Dumora, c’est un territoire de cinéma qui se dévoile au fil des rencontres, par rebonds exploratoires. Un territoire marqué par l’enfance, puis l’adolescence à l’heure où tout peut basculer ; un territoire qui est celui des marges du pays, entre Alsace et Lorraine, à la découverte de Français yéniches ou manouches.
Son dernier film Loin de vous j’ai grandi est présenté en avant-première de sa sortie dans les salles de cinéma."


Alors que ce cycle de projections devait débuter le 13 janvier 2021 à Paris, La Cinémathèque du documentaire à la Bpi a pris la décision de proposer l'intégralité du cycle en ligne suite aux annonces du gouvernement le 7 janvier 2021.

Tous les films seront projetés gratuitement sur inscription. Cette décision implique des modifications supplémentaires importantes, c'est pourquoi l'ouverture du cycle est désormais prévue pour le mercredi 20 janvier à 20 heures.

L'intégralité de la programmation, ainsi que les liens d'inscription, seront communiqués prochainement.


+ Plus d'informations
+ Site de La Cinémathèque du documentaire à la Bpi
+ Consulter la filmographie documentaire de Helena Třeštíková
+ Consulter la filmographie documentaire de Marie Dumora