film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Regard
img © D.R.

Filmer le travail

Du 19 au 28 février 2021 - En ligne


L'équipe du Festival international Filmer le travail présente sa 12e édition :

"Toujours optimiste, l’équipe du festival a travaillé aussi longtemps que possible sur un événement en salles de cinéma, avec des films sur grand écran, des réalisateurs/trices et des chercheurs/euses présents pour vous rencontrer, des temps conviviaux…

Contraints par la situation actuelle, nous ne pouvions pas envisager ce scénario idéal et le Festival international Filmer le travail 2021 se tiendra exceptionnellement en ligne.

Cette 12e édition aura donc bien lieu du 19 au 28 février, sous un format inédit. Nous vous donnerons rendez-vous sur une plateforme dédiée, proposée par Festival Scope et Shift 72, où vous pourrez retrouver les documentaires sélectionnés en compétition internationale, la rétrospective de films en lien avec la thématique centrale, des conférences et rencontres, la programmation jeune public à regarder en classe ou en famille, le journal du festival et quelques surprises…

Nous espérons que cette nouvelle édition, différente de celle que nous aurions aimé vous proposer, restera un moment de découverte, de réflexion, autour d’une programmation concoctée avec amour malgré les circonstances.

Les retrouvailles en chair et en os, elles, sont reportées au mois de juin à l’occasion d’une prolongation du festival. La journée d’études consacrée à l’éducation en temps de crise(s) et la projection des films primés vous seront proposés parmi d’autres événements en cours de préparation.

À très bientôt au festival !"


Le festival a pour thématique centrale et transversale l’éducation, reliée à la question du travail, de la transmission, de l’émancipation. Éducation Nationale, pédagogies alternatives, éducation populaire, familiale, artistique… Qu’entend-on par éducation ? La simple transmission d’un savoir ou la construction d’un lien éducatif, qui ferait communauté ? En quoi consiste l’acte d’éduquer, le travail des acteurs et actrices du système éducatif et à quelles problématiques, fortement intensifiées par la pandémie, doivent-ils faire face aujourd’hui ? À qui s’adresse l’éducation et à quoi sert-elle ? Quel projet d’émancipation, de transformation sociale porte-t-elle ou devrait-elle porter ?

À partir des représentations que les cinéastes en ont donné tout au long du 20e siècle et aux travaux et œuvres récent.e.s d’enseignant.es, de chercheurs-euses, d’écrivains et d’artistes, l’objet de cette édition sera de s’interroger sur ce qu’éduquer veut dire et peut faire, sur le travail de celles et ceux qui œuvrent en matière d’éducation, sur la manière dont les représentations ont évolué au fil de l’intérêt porté aux pédagogies alternatives, aux méthodes et conditions d’enseignement et d’apprentissage, au rapport au savoir, aux efforts tendus vers plus d’égalité, mais aussi au rôle joué par la famille, le corps social, l’entourage proche, les pratiques artistiques, et notamment le cinéma.

Autant de questions et sujets au fil de ces dix jours rythmés par des événements croisant les regards dans le champ du cinéma, de la recherche et de la création artistique et littéraire.


Les 17 films en compétition internationale :

El Año del descubrimiento de Luis López Carrasco (Espagne, Suisse)
La Casa dell'amore de Luca Ferri (France)
Clean With Me (After Dark) de Gabrielle Stemmer (France)
Curtir a pele de Inês Mendes Gil (Portugal)
Das Spiel de Roman Hodel (Suisse)
En formation de Sébastien Magnier et Julien Meunier (France)
La Fabrique des monstres de Malak Maatoug (France, Portugal)
Jour après jour de Bai Long (France)
Le Kiosque de Alexandra Pianelli (France)
Makongo de Elvis Sabin Ngaïbino (Argentine, Italie, République centrafricaine)
El Medestansi de Hamza Ouni (Tunisie, Qatar, France)
NA China de Marie Voignier (France, Chine, Cameroun)
Nous la mangerons, c’est la moindre des choses de Elsa Maury (Belgique, France)
Pour votre confort et votre sécurité de Frédéric Mainçon (France)
Rio de vozes de Andrea Santana (Brésil)
Trouble Sleep de Alain Kassanda (France, Nigeria)
Le Veilleur de Lou du Pontavice (Belgique, Chine)


+ Visionner la bande-annonce du festival
+ Site du festival

+ Consulter le palmarès de l'édition 2021