film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Regard
img © D.R.

Cinélatino - Rencontres de Toulouse

Du 19 au 28 mars 2021 - En ligne


Francis Saint-Dizier, Président de l’ARCALT (Association des Rencontres Cinémas d'Amérique Latine de Toulouse), présente l'édition 2021 de Cinélatino :

"Cinélatino se dédouble pour faire vivre les cinémas d'Amérique Latine.

Situation inédite et inquiétante, la pandémie de la Covid 19 a donné un coup d’arrêt brutal à la production cinématographique et a provoqué la fermeture des salles de cinéma, pour des périodes plus ou moins longues, privant les spectateurs et spectatrices du plaisir de la salle obscure et de l’émotion partagée.

Bien sûr, les professionnel·les du cinéma et des festivals ont été réactifs et ont inventé des moyens de diffuser les œuvres en utilisant les outils télévisuels et informatiques. Les plateformes numériques sont les principales bénéficiaires de cette situation.

Le festival Cinélatino annulé en 2020 a eu recours à ces outils pour ne pas pénaliser les films latino-américains que nous avions sélectionnés en compétition, ce qui a permis de remettre les prix. En ces temps de pénurie, ce n’est pas une offre à dénigrer, mais il ne faudrait pas penser que ces rustines sur le pneu crevé peuvent durablement remplacer la diffusion cinématographique.

La production des séries par des plateformes est conçue comme un retour vers les goûts du public par la logique de l’intellectual properties qui est l’inverse de la création artistique. Notre engagement pour défendre la richesse du cinéma de création a remporté cette année quelques succès puisque dorénavant, en Europe et dans les différents pays qui la composent, les grandes plateformes internationales seront contraintes de participer au financement du cinéma comme le font déjà les chaînes de télévision.

Une sélection de films de la programmation de la 33e édition sera visible du 19 au 28 mars en ligne. Plus de 100 films - dont les compétitions - seront proposés aux publics et aux professionnel·les. Et comme un festival est aussi une fête, nous avons prévu un grand week-end du 9 au 13 juin pour montrer les hommages à la documentariste brésilienne Maria Augusta Ramos et au grand acteur chilien Alfredo Castro, mais aussi reprendre les films primés, cette fois avec tambours et trompettes, c'est-à-dire apéros concerts et fiestas."



7 films sont en compétition longs métrages documentaires :

#Eagoraoque de Jean-Claude Bernardet et Rubens Rewald (Brésil)
Apenas el sol de Arami Ullón (Suisse, Uruguay)
El cielo está rojo de Francina Carbonell (Chili)
Un cuerpo estalló en mil pedazos de Martín Sappia (Argentine)
Despois da primavera de Isabel Joffily et Pedro Rossi (Brésil)
La Sangre en el ojo de Toia Bonino (Argentine)
Transeúnte de Pablo Pintor (Argentine)


Dans la section Découvertes documentaires :

5 Casas de Bruno Gularte Barreto (Brésil, Allemagne)
Avanzaré tan despacio (que te parecerá que retrocedo) de Natalia Solórzano Vásquez (Costa Rica)
Baracoa de Pablo Briones (Suisse, États-Unis, Espagne)
Cosas que no hacemos de Bruno Santamaría Razo (Mexique)
Entre fuego y agua de Viviana Gómez Echeverry et Anton Wenzel
Gigantes de Natalia Cano (France, Argentine)
Herencias de Thomas Belet (France)
Iwianch, el diablo venado de José Cardoso (Équateur)
Je suis un garçon de Lorena Zilleruelo (Chili, France)
Mujer de soldado de Patricia Wiesse Risso (Pérou)
Negra de Medhin Tewolde Serrano (Mexique)
Piedra sola de Alejandro Telemaco Tarraf (Qatar, Royaume-Uni, Argentine, Mexique)
Rio de Vozes de Andrea Santana et Jean-Pierre Duret (Brésil)
Songs of Repression de Estephan Wagner et Marianne Hougen-Moraga (Danemark)
Tejiendo sombras de Erica Nguyen (Pérou)
El Vaticano de Gonzalo Almeida (Argentine)
Visión nocturna de Carolina Moscoso Briceño (Chili)


À noter également des focus consacrés à Sarah Maldoror, Enrique Colina, Fernando Solanas...


+ Consulter l'ensemble de la programmation
+ Site du festival
+ Lire l'article "Sarah Maldoror - Filmer la révolution, la négritude et ses poètes" de François-Xavier Destors