film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Regard
img © D.R.

Festival International du Film de La Rochelle

Du 30 juin au 9 juillet 2017


Le monde bouge, le monde change. Le monde a mal, le monde souffre, il se fatigue. Parfois, des solutions émergent, le monde est plein de questionnement.

Cette année, Ici et ailleurs regroupe des films d’une richesse et d’une diversité étonnantes. Tous (46 !) sont racontés au temps présent et quand Robin Campillo revient sur les années Act Up, c’est aussi pour rappeler le dénuement actuel de ceux qui ont consacré leur jeunesse à ce combat.
On peut véritablement parler d’un état des lieux général dressé par ces films, qu’ils viennent de Slovaquie, de Chine, du Portugal, d’Italie, du Rwanda, du Québec, de Hongrie, du Chili, de France, d’ici ou d’ailleurs... Le cinéma israélien, dont nous avons rassemblé 16 films, en donne également un exemple particulièrement percutant. Une critique sociale frondeuse s’y exprime, mettant à jour des contradictions vertigineuses et inquiétantes.


En France, nous ne sommes pas en reste. À travers ses portraits de groupes, Laurent Cantet explore un champ social mouvant, singulièrement dans son nouveau film, L’Atelier. L’attention portée à un groupe de jeunes de La Ciotat est exemplaire et rappelle, par contraste, la cruauté coupable du désintérêt général à l’égard d’une jeunesse que personne n’écoute.

Rubén Mendoza se situe à la marge de la société colombienne et entame, à travers ses personnages eux aussi délaissés par le pouvoir, un chant baroque et libertaire.

Volker Schlöndorff n’a cessé de se référer à l’histoire. Il semble néanmoins faire une pause avec Retour à Montauk où ce sont les sentiments des personnages qui priment. Mais il ne peut tout de même pas s’empêcher d’ancrer son héroïne, devenue une avocate chèrement tarifée à New York, dans le passé d’une jeunesse vécue en RDA.

Avec ses trois films regroupés sous le terme générique de Fin du Communisme, Andrei Ujica nous plonge dans le bain d’une ère révolue. La matière filmique vient en grande partie de sa Roumane natale mais aussi d’URSS : des images d’archives de toutes origines qu’il réorganise au montage, produisant ainsi une œuvre cinématographique rigoureuse, sans en avoir tourné un seul plan.

Katsuyo Tomita est physiquement immergé dans le social. Ses films sont sa vie, de chantier en chantier, comme cinéaste et ouvrier à la fois. Bangkok Nites marque cependant un déplacement géographique significatif : de son Japon provincial, Tomita part explorer un passé colonial oublié qui a laissé, aux confins d’autres frontières, les traces d’une profonde humiliation.

[...]

Cet état des lieux que nous évoquions s’esquisse aussi à travers des portraits de femmes, Barbara, L’Intrusa et Latifa pour n’en citer que trois, en reconnaissance aux quatre hommes qui en sont les auteurs.

Prune Engler, Déléguée générale
Sylvie Pras, Directrice artistique




Cette année, 28 films documentaires sont programmés.

Hommage à Rubén Mendoza :
El valle sin sombras
Memorias del calavero

Hommage à Andrei Ujica :
L'Autobiographie de Nicolae Ceausescu
Out of the Present
Videograms of a Revolution, en co-réalisation avec Harun Farocki

Le cinéma israélien aujourd'hui :
Censored Voices de Mor Loushy
Cinq caméras brisées de Emad Burnat et Guy Davidi
Hotline de Silvina Landsmann
M.Gaga, sur les pas d'Ohad Naharin de Tomer Heymann
Post Partum de Silvina Landsmann
This is My Land de Tamara Erde
Women in Sink de Iris Zaki

Ici et ailleurs :
5 October de Martin Kollár
A l'Ouest du Jourdain de Amos Gitaï
Bitter Money de Wang Bing
Callshop Istanbul de Hind Benchekroun et Sami Mermer
Carré 35 de Éric Caravaca
La Deuxième Nuit de Éric Pauwels
L'Extravagant Monsieur Piccoli de Yves Jeuland
Le Film de Bazin de Pierre Hébert
Floris de Jacqueline Kalimunda
Jean Douchet, l'enfant agité de Fabien Hagège, Vincent Haasser et Guillaume Namur
Latifa, le cœur au combat de Cyril Brody et Olivier Peyon
Makala de Emmanuel Gras
Révolution école (1918-1939) de Joanna Grudzinska
Six Portraits XL de Alain Cavalier
Waseskun de Steve Patry

Une journée avec Gabin :
Un français nommé Gabin de Yves Jeuland et François Aymé


+ Site du festival