film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
"La Maison" - Aliona Zagurovska
img

Josiane Bataillard | Le journal #3 Festival Entrevues 2016

On aurait tort de voir ce court métrage, bien assis sur un coussin de préjugés : film d'école, propos maigrelet, banalité rasante. Caméra sur pied, perche pour la prise de son, cet équipement restreint semble déjà conséquent pour les hommes assis sur un banc, dans un parc à Paris.


Plan moyen, cadrage classique sur fond paysager. Ils parlent, de ce qu'ils font, quelquefois s'absentant en regardant à gauche, en demandant que s'interrompe l'entretien. Le troisième s'exprime en russe - non sous-titré -. Ils ont la bonhommie de ceux qui ont déjà vécu.

C'est le quatrième qui accepte la proposition faite d'emmener l'équipe de tournage chez lui, dans son appartement. Le seul qui regarde vers la droite.
Fin des séquences au square.
Montée d'escaliers de la réalisatrice et de son équipe. Entrée.
La banalité se colore d'humour tendre.

Cadrages serrés, caméra épaule, puis à nouveau caméra sur pied pour suivre celui dont on ne connait pas le nom, mais dont on n'oubliera pas le visage. C'est un bon personnage, loquace, mais pas trop, qui se livre tout en demeurant pudique, qui évoque sa nostalgie avec un sourire que l'on sent s'inscrire en nous. Il y est question d'amours, les amours "comme ça" geste à l'appui, pour montrer que c'était poignant : "j'ai eu deux amours – un silence – deux, deux et demi". Enfin quand il croit avoir tout dit, il se reprend, continue. Dans le salon il y a deux rideaux rouges qui deviennent rideau de scène, sans que cela paraisse de l'ordre de l'effet.



Crédits image : La Fémis

+ Fiche du film