film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
"Maso et Miso vont en bateau" - Nadja Ringar, Carole Roussopoulos, Delphine Seyrig et Iona Wieder
img

Nicole Cordier | Blog Entrevues 2016

Coup de cœur au Festival Entrevues cette année : un documentaire féministe de 1975, qui détourne et démonte une émission spéciale avec Bernard Pivot, diffusée le 30 décembre 1975 sur Antenne 2.



Intitulée Encore un jour et l’Année de la femme, ouf ! c’est fini, l’émission consistait à faire défiler des personnalités publiques connues pour être de "fieffés misos" (A. Sanguinetti, J. Martin, F. Bellemare…) et à demander sa réaction à Françoise Giroud, secrétaire d’État à la condition féminine.

Stupeur : Françoise Giroud, par ailleurs si critique, dénie la misogynie évidente, et joue la séduction, la complaisance, le consensus (maso). Elle enterre le débat avant qu’il ne commence, dans une langue de bois caractéristique du monde politique. Bernard Pivot s’en sort mieux, jouant de sa candeur bonhomme pour la déstabiliser, mais les réponses restent lisses.

Le documentaire présenté est extraordinairement efficace malgré la simple technique utilisée : quatre féministes radicales (Nadja Ringart, Carole Roussopoulos, Delphine Seyrig et Ioana Wieder) répondent à ce déni en interrompant le déroulement de l’émission pour intégrer leurs commentaires caustiques, écrits à la main. Elles parasitent l’image et le son, jouant du comique de répétition et d’une musique décalée, et transforment un document affligeant de mièvrerie en un film comique, où la franchise et la pertinence des réparties sont jubilatoires.

Le sujet reste d’actualité, la misogynie des politiques et des patrons n’est pas un vieux souvenir d’il y a quarante ans ! Heureusement, on peut retrouver Maso et Miso vont en bateau sur Internet.



Crédits image : Les Muses s'amusent

+ Fiche du film