film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
J'appellerai le feu - Des jésuites dans les combats du XXe siècle
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Gérard Raynal

IMAGE

Lubomir Bakchev

PRODUCTION / DIFFUSION

Soleluna Films, ARTE France, ARTE France

PARTICIPATION

CNC, Procirep, Région Picardie

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Soleluna Films, La Maison du doc

ISAN : ISAN 0000-0001-655D-0000-Q-0000-0000-X
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • France | 2001 | 67 minutes | Super 16 mm & DV Cam
  • Un film de Gérard Raynal

C'est un film sur la résistance spirituelle. Le récit s'organise autour d'un petit groupe de jésuites français et étrangers dont le chef de file est Pierre Teilhard de Chardin. Ces quelques prêtres, conscients de l'impotence d'une Église fermée sur elle-même, ont voulu l'ouvrir aux injustices et aux préoccupations du monde moderne. Ils se sont attaqués aux racines de l'antijudaïsme et aux thèses racistes de l'extrême droite française et belge. Très tôt, ils ont résisté en France et en Allemagne contre le nazisme et ont dénoncé les complicités des hiérarchies ecclésiastiques avec Vichy. Après la guerre, ils soutiennent les prêtres-ouvriers et condamnent les guerres coloniales. Après Vatican II, Pedro Arrupe devient le chef de la Compagnie de Jésus. À peine élu, il soutient l'urgence de proclamer l'Évangile des pauvres en Amérique latine. Les jésuites sont alors perçus comme des "jésuites marxistes" par le Saint-Siège. Ces prêtres rebelles n'ont pas hésité à bousculer hiérarchie et dogmes du Saint-Siège en le payant par des mises à l'écart ou de sévères condamnations. Comment retrouver aujourd'hui le sens de leur combat à l'heure de la mondialisation, des marginalisations et de la pauvreté

This is a film about spiritual resistance. The story is organised around a small group of French and Belgian Jesuits whose leader is Pierre Teilhard de Chardin. These priests, aware of the powerlessness of a Church that is closed in on itself, wanted to open it to the injustices and preoccupations of the modern world. They attacked the roots of anti-judaism and the racist theses of the French and Belgian extreme right. Very early on, they resisted Nazism in France and in Germany and denounced the complicity of the church hierarchy with the Vichy government. After the war, they supported worker-priests and condemned the colonial wars. After Vatican II, Pedro Arrupe became the leader of the Company of Jesus. Scarcely was he elected than he supported the urgency of proclaiming the Gospel of the poor in Latin America. The Jesuits were then seen as "Marxist Jesuits" by the Holy See. These rebel priests did not hesitate to upset hierarchy and dogma in the Holy See and paid for it by being ostracised or by being severely condemned. How can the meaning of their fight be found again today in these times of globalisation, marginalisations and poverty

Distinctions
  • 2003 : Images en bibliothèques - Paris (France) - Film soutenu par la Commission nationale de sélection des médiathèques