film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Sur les traces de l'Alcazar
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Catalogue des vidéos à la demande

  • Distributeur(s) :

    Les Productions Anamorphose

  • Vidéothèque permanente, gérée par la Maison du documentaire, accessible sur place ou à distance et réservée exclusivement aux professionnels de l’audiovisuel.
    En savoir plus
  • Depuis ses origines en 1978, le fonds Images de la culture, géré directement par le CNC depuis 1996, constitue un outil privilégié pour la diffusion de la culture audiovisuelle en France. Le catalogue totalise aujourd’hui plus de 2700 œuvres documentaires.

    + Images de la Culture
  • Ce film est préservé et consultable à la Bibliothèque nationale de France (bibliothèque de recherche, sur accréditation).
    Plus d'informations sur le dépôt légal

Sur les "traces" que l'Alcazar a laissées dans la mémoire des Marseillais, ce film nous entraîne à la découverte des cent ans d'histoire de ce célèbre café-concert marseillais. Au rythme des évolutions de la vie de la Cité, il nous replonge dans les mélodies et les refrains d'autres temps, ceux de la Belle Époque et des Années folles, des opérettes de "Scotto", d'"Alibert", des films de Pagnol, jusqu'aux swings endiablés du temps des copains au début du show business et des années 60. Cette histoire de l'Alcazar, vivifiante plongée au cœur du music-hall, nous conduit à la rencontre des innombrables artistes qui, comme Rouffe, Darbon, Flor, Marguerite Chabert, mais aussi Fernand Sardou, André Turcy, Alibert, Réda Caire, Andrex, Rellys, Maurice Chevalier, Tino Rossi, Yves Montand et, plus tard Paul Anka, Georges Brassens, Johnny Hallyday... y sont passés au début ou au cours de leur carrière. La place unique qu'a tenue l'Alcazar dans la vie culturelle marseillaise et celle qu'il tient aujourd'hui encore dans la mémoire des Marseillais, l'Alcazar la doit, autant au talent des artistes qui s'y sont produits qu'à l'intransigeance de son public. Avec humour, le film nous fait revivre les déboires que certains artistes ont vécus face à des poulaillers bondés d'habitués sans complaisance mais dont le goût et la bonne humeur n'étaient jamais pris à défaut