film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Japon : les années rouges
© Kuiv productions
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Michaël Prazan

PRODUCTION / DIFFUSION

ARTE France, Kuiv Productions, ARTE France

PARTICIPATION

CNC, Procirep

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

ARTE France Distribution, Kuiv Productions, ADAV, Images de la culture (CNC), La Maison du doc

ISAN : ISAN 0000-0001-6A86-0000-F-0000-0000-T
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Catalogue des vidéos à la demande

  • Distributeur(s) :

    Kuiv Productions

  • Vidéothèque permanente, gérée par la Maison du documentaire, accessible sur place ou à distance et réservée exclusivement aux professionnels de l’audiovisuel.
    En savoir plus
  • Depuis ses origines en 1978, le fonds Images de la Culture, géré directement par le CNC depuis 1996, constitue un outil privilégié pour la diffusion de la culture audiovisuelle en France. Le catalogue totalise aujourd’hui plus de 2700 œuvres documentaires.
  • Film disponible à l'Adav, catalogue réservé aux établissements éducatifs et culturels.
    En savoir plus

Le 8 novembre 2000, le Japon est en ébullition. Contre toute attente, après trente ans de cavale internationale, celle que l'on surnommait "La Reine rouge" dans les camps palestiniens de la vallée de la Békaa libanaise était arrêtée à Osaka, rentrée illégalement quelques mois plus tôt. Son nom : Fusako Shigenobu, leader du Nihon Sekigun (Armée rouge japonaise – ARJ), la plus meurtrière et la plus mystérieuse organisation du terrorisme international des années de poudre. Comment expliquer qu'un groupe d'anciens étudiants japonais se soit lancé dans le terrorisme à l'aube des années 70 ? Pour le comprendre, il faut remonter trente ans en arrière ; se replonger dans l'année 1968, l'année du printemps de Prague, de la guerre du Vietnam, du quartier latin de Paris et des factions d'extrême gauche. En 1968, le mouvement étudiant embrasait les universités du Japon...

On the 8th November, 2000, after 30 years on the run from country to country, the "Red Queen" of the Palestinian camps was arrested in Osaka. Her name was Fusako Shigenobu, leader of the Nihon Sekigun (Japanese Red Army – JRA), the bloodiest and most mysterious of international terrorist organisations of these years. How can we explain why a group of Japanese former students turned to terrorism at the beginning of the 70's. To understand their motives we have to go back 30 years : to 1968, the year of the Prague spring, the Vietnamese War, the student unrest in Paris and the factions of the extreme left. In 1968 student movements also set Japanese universities alight...