film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Mimi
© Maïa Films
1/3
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Claire Simon

IMAGE

Michel Dunand, Claire Simon

SON

Pierre Armand

MONTAGE

Claire Simon, Julie Pelat, Michel Toesca

MUSIQUE ORIGINALE

Mohammed Mokhtari, Diego Origlia

PRODUCTION / DIFFUSION

Maïa Films, Gemini films, Ognon Pictures

PARTICIPATION

CNC, Les Films d'ici

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Orange Studio, ADAV, BnF - Bibliothèque Nationale de France, La Maison du doc, Doriane Films, Universciné

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • France | 2002 | 105 minutes | Super 16 mm
  • Un film de Claire Simon

"Mimi n'est pas une vedette, c'est quelqu'un. Elle raconte sa vie au beau milieu du monde où elle s'est constituée comme héroïne de sa propre légende." Claire Simon.
Toute autobiographie est le récit d’une autre vie : le passé est avant tout la propriété de nos hantises, et nos histoires la succession d’hallucinations auxquelles on tente de ressembler. Mimi n’échappe pas à la règle : des souvenirs douloureux de son enfance jusqu’au rock final, elle tourne autour d’elle-même à la recherche d’un point d’appui qui lui permettrait de coïncider avec ce qu’un personnage croisé au hasard des marches de la mémoire appelle "sa grande puissance d’évasion".

"Mimi Chiola parle. Nous parle, à travers celle qui la filme, parmi les sons et les lieux qui coulent dans ses veines. Il y a Nice et sa topographie intime, qui a la couleur et le parfum de ses premiers désirs, homosexuels, et puis Saorge, l'arrière-pays où elle "garde ses rêves". Mimi n'arpente pas la Promenade des Anglais, elle se raconte par bribes, lors de stations dans des endroits "banals" (façades, rues, voies ferrées, etc.) qui sont autant de syncopes – au sens musical – où elle retient son souffle, pour regarder autour d'elle et mesurer dans la profondeur du champ, celle du temps qui est passé.
Dans ce film, Claire Simon récolte le roman d'une vie, attendant que son amie se souvienne d'une impression dans le présent immédiat du plan. La caméra, sur pied, devient le catalyseur du moment où le lieu, même s'il n'appartient pas à proprement dit à la mémoire de la protagoniste, ravive un souvenir qui pénètre dans son corps et, dans un intense mouvement de balancier, charge le décor qui l'a fait naître. Mimi est une fugue documentaire qui peint le paysage mental d'une femme libre.
(Emmanuel Chicon - Visions du Réel)

Any autobiography is the account of another life : the past is above all, the property of our obsessive fears, and our stories are the succession of hallucinations which we strive to resemble. Mimi is no exception to this rule : from her painful childhood memories right up to the closing rock'n'roll number, she revolves around herself in search of something to lean on which would enable her to coincide with what a character she came across on her walks in search of memory calls "his great power of escape". So, what does Claire Simon film ? A "real tale" or a "documentary movie" she says : the cinematographic possibility to serve, through her character, the potential of a cinema without film stock. Not so much to exorcise her demons as to reconcile herself with them in the space of the fable, or the landscape. (Jean-Pierre Rehm) "Mimi is not a star, she is someone. She tells the story of life right in the middle of the world, where she made herself the heroin of her own legend." (Claire Simon)

Thématique
À propos du film
Distinctions