film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Kongomani
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Le film a été tourné durant l'automne et l'hiver 2000 dans la province congolaise du Nord Kivu et au Rwanda. Hutus et Tutsis y vivaient en bonne intelligence, jusqu'au début des années 1990. Les violences ont atteint leur paroxysme en 1994 lorsque, après le génocide rwandais, de très nombreux extrémistes hutus (également connus sous le nom d'hinterhamwe), expulsés de leur pays, ont fui en direction du Congo. Des camps de réfugiés ont été aménagés près de la ville de Goma, et, bientôt, des bandes de pillards se sont mis à écumer les environs. Il est rapidement devenu évident que l'Interhamwe était très active dans les camps et que la vie des indigènes tutsis était en danger. Après quelque temps, les survivants ont cherché refuge dans des camps situés au-delà de la frontière rwandaise. Mais là aussi, des extrémistes Hutus semaient la terreur, contraignant les réfugiés à s'enfoncer plus profondément à l'intérieur des terres rwandaises. Aujourd'hui, après plus de 6 années d'exil, le Kongomani – entendez le citoyen du Congo - veut rentrer au pays, malgré la persistance du péril interhamwe. Mais, alors que les réfugiés se considèrent comme citoyens du Congo, ils se heurtent à maintes autorités qui prétendent qu'ils sont de nationalité rwandaise

This film was shot in autumn and winter of 2000, in the North Kivu province of the Congo and in Rwanda. Hutus and Tutsis collaborated well until the 1990's. The violence reached its zenith in 1994 when – after the genocide in Rwanda – huge numbers of Hutu extremists (also known under the name of hinterhamwe), were expelled from the country and fled to the Congo. Refugee camps were set up near the town of Goma and soon gangs of looters set out in the surrounding area. It soon became clear that the Interhamwe was very active in the camps and the native Congolese Tutsis found their lives in danger. After a while they were left with no option but to seek refuge in amps just over the Rwandan border. Even there, however, Hutu extremists kept terrorising these camps, forcing the refugees to move much deeper into Rwanda. Today, after having lived in exile for more than 6 years, the Kongomani – which means citizens of Congo – want to return, in spite of the still existing Interhamwe danger. But, while they consider themselves to be citizens of Congo, many authorities claim their nationality is Rwandan