film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Hi Steve! Vidéolettres Robert Kramer / Stephen Dwoskin
Steve Letters
© Autoproduction
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Stephen Dwoskin, Robert Kramer

IMAGE

Stephen Dwoskin, Robert Kramer

MONTAGE

Keja Ho Kramer

PRODUCTION / DIFFUSION

Les Films d'ici, La Sept

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Documentaire sur Grand Écran

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Entre février et juin 1991, Robert Kramer et Steve Dwoskin échangent plusieurs vidéolettres (quatre de Kramer, trois de Dwoskin), réalisées en Hi8. Celles de Kramer, intitulées pour les trois premières Hi, Steve et pour la quatrième Robert to Steve, sont datées respectivement du 18 février (15 mi.n), du 23 février (19 min.), du 1er avril (12 min.) et du 5 juin (21 min.). Les trois de Dwoskin, intitulées Dear Robert, sont datées du 28 février (14 min.), du 7-13 mars (20 min.) et d'avril-juin (23 min.).
La complicité de Robert Kramer avec Stephen Dwoskin, exprimée dans ces quatre lettres, correspond à l’esprit de recherche que le cinéaste a gardé tout au long de son œuvre et qui est particulièrement sensible dans "Ghosts of Electricity" et dans son dernier film "Cités de la plaine".
"[…] Les vidéo lettres à Steve, c’était épatant. Je ne me rappelle pas comment nous avons commencé. J’étais dans l’ombre du film de Berlin (Berlin 10/90).
J’aime l’idée de tourner sans monter, de réaliser dans la caméra. J’ai l’impression que si on y devient bon, on a tellement le sens de ce qu’on fait que les autres étapes sont moins nécessaires. Quand on décrit le processus - tourner sans en avoir trop, monter et réunir toutes les pièces, aller vers un montage de plus en plus fragmenté afin de redécouvrir ce qu’il y a là -, je ne suis pas sûr que ça se passe vraiment comme ça. […]"
(Robert Kramer in Points de départ de Bernard Eisenschitz - Ed. de l’image)

Between February and June 1991, Robert Kramer and Stephen Dwoskin exchanged six video letters. Three videos by Kramer are shown here.
"For the video letters, the rule was very precise: no editing! It was mostly a video thing, since we could shoot diaries or letters in a very basic way. We could talk alone, and do everything ourselves."
(Stephen Dwoskin interviewed by Keja Ho Kramer, Les Yeux l’un de l’autre, in M.C.)

Thématique