film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Mille-Étangs, ma famille
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Marie-Pierre Perrein

PRODUCTION / DIFFUSION

Balthazar Films, Tangra Vision, Im@g'in production

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Balthazar Films, La Maison du doc

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Que va-t-il advenir de l’étang de ma grand-mère à sa mort ? C’est l’automne, les hommes s’affairent autour de l’étang de ma grand-mère. Ils le débouchent. L’eau s’échappe dans le ruisseau voisin. À la Bertincôte, mes parents cimentent le carrelage de leur grande maison. C’est un héritage maternel dont ils profitent depuis leur récente retraite. Une semaine après son ouverture, l’étang est vide. Toute ma grande famille est là pour le pêcher. On récupère le poisson, on l’amène dans une ferme piscicole pour le vendre. C’est l’hiver, la Bertincôte est sous la neige. Un de mes cousins paternels achèterait bien notre étang. Mais, dans ma famille, on y est attaché, il fait partie du patrimoine. Au printemps, les hommes rebouchent l’étang. Ici, c’est la région des Mille-Étangs. À la Bertincôte, mon oncle explique qu’il habite ici, que chacun de ses frères et sœurs y ont un pied-à-terre, c’est un genre de mafia. Flash-back : avant, on habitait à cinq kilomètres de la Bertincôte, et puis, on a dû déménager à Besançon. Le choc campagne-ville fut cinglant. Il y a deux ans, mes parents sont revenus à leurs racines. Mon père et mon oncle achètent des poissons lors du vidage d’un étang et les libèrent dans le nôtre, presque rempli. Aujourd’hui, destination la maison de retraite, pour fêter les 90 ans de mémère. C’est l’été, l’étang est plein, c’est l’heure de la baignade... L’ami piscicole pense que pour garder l’étang dans la famille, il faudrait créer une SCI

What will happen to my grandmother’s pond when she dies ? It is autumn, the men are busy around my grandmother’s pond. They unblock it. The water escapes into the nearby stream. At La Bertincôte, my parents are cementing the floor tiles of their big house. This is a maternal inheritance that they have been enjoying since they retired recently. One week after being opened the pond is empty. All my big family is here to fish. We retrieve the fish and take it to a fish farm to sell it. It is winter, La Bertincôte is covered in snow. One of my paternal cousins would like to buy our pond. But in my family we are attached to it, it is part of our heritage. In the spring the men block up the pond again. This is the region of Mille-Etangs (a thousand ponds). At La Bertincôte, my uncle explains that he lives here, that each of his brothers and sisters has a home here, it is a kind of mafia. Flash-back : before, we lived five kilometres from La Bertincôte, and then we had to move to Besançon. The country-town shock was strong. Two years ago, my parents came back to their roots. My father and my uncle bought fish from the emptying of a pond and released them in ours which was almost full. Today, destination retirement home to celebrate granny’s 90th birthday. It is summer, the pond is full and it’s time for a swim ... The fish-farming friend thinks that to keep the pond in the family, we should set up an SCI