film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
André S. Labarthe, de la tête aux pieds
© Les Productions de l'œil sauvage
1/1
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Dans les années 60, André S. Labarthe part avec une équipe de télévision à Los Angeles et filme John Cassavetes, John Ford, Alfred Hitchcock, Josef von Sternberg, etc. Depuis cette époque et la création de "Cinéma de notre temps", à la liste des cinéastes sont venus s'ajouter des noms de peintres, de danseurs, d’écrivains. Faire le portrait d'un portraitiste, c'est regarder le geste plutôt que le modèle. Choisir de le faire au moment où l'homme réalise un documentaire sur Antonin Artaud, c'est s'engager dans une histoire en abîme. Dans ce portrait-essai, Labarthe nous ouvre ses portes, faisant apparaître les pièces d'un puzzle, jeu à multiples faces où je est un autre. La règle appliquée ici est la suivante : découper deux ou trois morceaux choisis dans le corps de sa filmographie et en saisir un mouvement qui va de la tête aux pieds.

In the sixties, André S. Labarthe set off Los Angeles with a television crew and filmed John Cassavetes, John Ford, Alfred Hitchcock and Joseph von Sternberg. Since that time and the making of "Cinéma de notre temps", the list has grown to include painters, dancers and writers. To do a portrait of a portraitist is to study the gesture rather than the model. To do it just when the man is making a documentary on Antonin Artaud is to engage in a story full of mirror images. Labarthe opens his door to us, bringing to light the pieces of a puzzle, a multifaceted game where 'je est un autre". The rule applied here is as follows: cut two or three select pieces out of his filmography and seize a movement that goes from head to foot.

Distinctions