film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Atomic Ed
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

David Kidman

PRODUCTION / DIFFUSION

Work in Progress

PARTICIPATION

DAP (Délégation aux Arts Plastiques), Image/mouvement - Aide au développement et à la post-production

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Work in Progress, La Maison du doc

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • France | 2003 | 6 minutes | Digital vidéo & 16 mm & Super 16 mm
  • Un film de David Kidman

Ce film est un extrait du film final "Hot Society". Le projet sera tourné sur une quinzaine de lieux où le pouvoir et son histoire sont contestés. Les folles dépenses (estimées à 5 milliards de dollars par an) du laboratoire nucléaire de Los Alamos l'obligent à se débarrasser d'une quantité impressionnante d'objets et d'équipements. Une bonne partie de ces objets se retrouve à la casse nucléaire d'Atomic Ed, son Black Hole. Ce lieu pullule de missiles sans tête et d'équipements arcanes. Tout est à vendre. Ed met son argent et son énergie dans sa campagne anti-nucléaire, dans la ville même où se concentre le plus grand nombre au monde de pointures dans le domaine. Il a, depuis des années, affiné son discours pour les caméras et parfois des trous dans ses phrases, les failles de son discours donnent lieu à des larmes, "on ne peut pas laisser faire, on ne peut..."

The crazy expenditure (in the region of $5 billion per year) of the National Nuclear laboratories at Los Alamos mean that they are forced to get rid of an impressive quantity of object and equipment. A good deal of this stuff finds its way into Atomic Ed's Black Hole, a nuclear scrapyard. The place is crammed with headless missiles and arcanery. Everything is for sale, if Ed can be persuaded to let it go, while he puts all his money and energy into a one-man anti-nuclear campaign in the town whose whole reason for being is nuclear weapons. Over the years he has worked on his media speech and today, occasionally, the fault lines open up to give up tears "I can't allow, that..."