film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Pote Mak Sonje : the Raboteau Trial
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Harriet Hirshorn

PRODUCTION / DIFFUSION

Christine Cynn

PARTICIPATION

The Jerome Foundation, New York State Council on the Arts, Soros Documentary Fund

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Harriet Hirshorn

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Pendant des décennies en Haïti, le pays le plus pauvre de l’hémisphère Nord, des criminels ont bénéficié d’une totale impunité, Le coup d’État qui renversa le premier président démocratiquement élu, Jean-Bertrand Aristide, tua plus de 5000 personnes. Personne n’a dû comparaître devant un tribunal, jusqu’en novembre 2000. Narré par les victimes du massacre de Raboteau, "Pote Mak Sonje : The Raboteau Trial" mêle leurs témoignages chargés d’émotions à d’extraordinaires prises de vue des moments clefs du procès, avec des images plus abstraites et lyriques, pour explorer la façon dont une communauté s’est mobilisé contre d’énormes obstacles ; une longue histoire d’impunité et de corruption, une extrême pauvreté et l’analphabétisme, pour aboutir au procès capital de Raboteau, au cours duquel les massacreurs furent enfin confrontés à leurs victimes.

"Pote Mak Sonje : The Raboteau Trial". For decades in Haiti, the poorest country in the western hemisphere, people have literally gotten away with murder. The 1991 military coup overthrowing Haiti’s first democratically elected president, Jean-Bertrand Aristide, killed an estimated 5,000 and no one had ever been tried – until November 2000. Told from the perspective of victims of the massacre at Raboteau, Pote Mak Sonje : The Raboteau Trial weaves emotional interviews and extraordinary trial footage with more abstract lyrical images to explore how a community mobilised against formidable obstacles – a long history of impunity, corruption, lack of infrastructure, extreme poverty, and illiteracy – to bring about the landmark Raboteau Trial where victims finally confronted their attackers.