film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Les dieux ne meurent jamais
Gods Never Die
© Light Night production
1/1
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Distributeur(s) :

    Light Night production

  • DVD en vente sur :

    artfilm.ch

  • Visionner sur

    Capuseen

  • Vidéothèque permanente, gérée par la Maison du documentaire, accessible sur place ou à distance et réservée exclusivement aux professionnels de l’audiovisuel.
    En savoir plus

Au Kerala (Sud de l’Inde), la vie sociale et religieuse est animée par des fêtes. Selon la conviction des villageois, le but de ces cérémonies est d’attirer les dieux sur terre par de la musique, de la danse et diverses offrandes. En contrepartie, les dieux accèdent à leurs requêtes. Le Tirayâttam ("danse de la splendeur") est organisé chaque année dans des sanctuaires villageois (district de Calicut). Au son des tambours, les danseurs constituent l’événement central de cette cérémonie, qui comporte d’autres phases telles que processions, offrandes, sacrifices et séances de possession. De 1998 à 2003, Laurent Aubert, ethnomusicologue, et Jonathan Watts, photographe, ont souvent séjourné au Kerala pour le Musée d’ethnographie de Genève. Avec Ravi G. Nair, artiste spécialiste des rituels, ils ont découvert le Tirayâttam. Ils en ont ramené des images fortes, qu’ils ont ensuite confiées à la cinéaste Patricia Plattner afin que, à partir de 70 heures de rushes, elle conçoive et réalise un montage

During the dry season, certain villages in the district of Calicut in southern India celebrate the Tirayâttam, or “dance of the splendour”. For several days, the villages live to the rhythm of rites dedicated to their ancestors and to protective deities. These then make their appearance on earth, incarnated by dancers in flamboyant costumes and make-up. The Peruvannân, a family troop of former Untouchables, are responsible for organising the celebrations. Between 1998 and 2003, Laurent Aubert, ethnomusicologist, and Jonathan Watts, photographer and video director, stayed several times in the region of Kerala. Accompanied by a specialist, they brought back on behalf of the Musée d’ethnographie of Geneva more than 70 hours of rushes. These were entrusted to Patricia Plattner, who restored all their meaning and significance by scrupulous editing.

Distinctions