film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Le Soldat inconnu vivant
© Compagnie des phares et balises
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Joël Calmettes

PRODUCTION / DIFFUSION

Compagnie des Phares et Balises (CPB Films), ARTE France

PARTICIPATION

CNC, Procirep

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Compagnie des Phares et Balises (CPB Films), ADAV

ISAN : ISAN 0000-0001-6967-0000-C-0000-0000-1
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Pendant tout l'entre-deux-guerres, un homme fascine l'opinion. Sa photo fait régulièrement la une des journaux. Il inspire des écrivains, des dramaturges et des cinéastes : Giraudoux, Drieu la Rochelle, Anouilh, etc. Son nom : Anthelme Mangin. Son surnom : "le soldat inconnu vivant". Son histoire : celle d'un soldat qui en 1918 revient amnésique d'un camp de prisonniers en Allemagne. À peine son existence est-elle révélée qu'elle rencontre immédiatement la douleur de trois cent mille familles de disparus de la guerre qui n'arrivent pas à faire leur deuil... Par dizaines, des femmes, des mères, des pères, des frères, des sœurs, des enfants, vont le reconnaître comme étant des leurs. Au mépris de son physique, de son âge, de son éducation... C'est à coups de procès qu'une dizaine de familles vont essayer d'obtenir sa reconnaissance. Seule la deuxième guerre mondiale viendra interrompre ces procédures... Baladé d'asile en asile pendant toutes ces années, c'est à Sainte-Anne, seul et abandonné de tous, qu'il s'éteindra en 1942... Mangin, au milieu des années folles, est une sorte de mort-vivant, un spectre qui hante les consciences. Sans jamais s'exprimer. Sans porter de jugement. Sans rien réclamer

During the interwar years, a man held public opinion in thrall. His photo made all the front pages. He was the inspiration for writers, dramatists and filmmakers: Giraudoux, Drieu La Rochelle, Anouilh, etc. His name: Anthelme Mangin. His nickname: "The Living Unknown Soldier." His story: that of a soldier who in 1918 returned amnesiac from a German prison camp. No sooner was his existence revealed then it immediately encountered the grief of the 300,000 families of missing soldiers who couldn't come to term with their mourning. Mothers, fathers, brothers, sisters, children claimed him as their own. Despite his physique, his age and his education. Dozens of families sued to claim him. The Second World War would interrupt these actions. Taken from asylum to asylum throughout these years, he died in Sainte-Anne in 1942, alone and forsaken. Mangin, during these years, was a sort of living dead man, a specter haunting the national conscience. Without ever expressing himself. Without making judgements. Without asking for anything