film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Adieu Bakou
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Jacques Debs

PRODUCTION / DIFFUSION

ADR Productions, ADR Productions, France 3

PARTICIPATION

CNC, Documentary, FAVI (Fonds audiovisuel international), Procirep

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Jacques Debs, ADAV, La Maison du doc

ISAN : ISAN 0000-0001-9AE5-0000-P-0000-0000-0
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • France | 1994 | 52 minutes | Betacam SP
  • Un film de Jacques Debs

Depuis 1986, l'Azerbaïdjan et l'Arménie sont en guerre pour le contrôle du Haut-Karabakh. Jusqu'en 1989, Bakou, la capitale de l'Azerbaïdjan, est épargnée par la guerre. C'est une ville cosmopolite où vivent Musulmans azéris, Russes, Juifs et Arméniens. En janvier 1990, l'importante communauté arménienne est victime de pogroms : plus de quatre-vingts personnes seront tuées en une semaine. Le 20 janvier 1990, l'armée soviétique investit Bakou pour arrêter les massacres. Ce soir-là, l'armée tire dans le tas. On comptera plus de cent cinquante victimes, en majorité azéries. Par peur des représailles, les Arméniens quittent en masse la ville. Ces événements ouvrent, en Europe, la série de ce qu'on nomme aujourd'hui, la purification ethnique.

Since 1986, Azerbaidjan and Armenia have been fighting for the control of High-Karabakh. Until 1989, Bakou, capital of Azerbaidjan, was spared by the war. It is a cosmopolitan city inhabited by Azeri Muslims, Russians, Jews and Armenians. In January 1990, the big Armenian community suffered pogroms : over 80 people were killed in one week. January 20, 1990, the Soviet army took Bakou to stop the killings. On that night, the army fired into the crowd. There were more than 150 killed, mostly Azeris. By fear of reprisals, Armenians started leaving the city massively. These events were the starting point of the European series of ethnic purification.

Distinctions