film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Marcel Ophüls. Parole et Musique
© Les Productions de l'œil sauvage
1/3
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Distributeur(s) :

    Les Productions de l'œil sauvage

  • Vidéothèque permanente, gérée par la Maison du documentaire, accessible sur place ou à distance et réservée exclusivement aux professionnels de l’audiovisuel.
    En savoir plus
  • Depuis ses origines en 1978, le fonds Images de la culture, géré directement par le CNC depuis 1996, constitue un outil privilégié pour la diffusion de la culture audiovisuelle en France. Le catalogue totalise aujourd’hui plus de 2700 œuvres documentaires.

    + Images de la Culture
  • Film disponible à l'Adav, catalogue réservé aux établissements éducatifs et culturels.
    En savoir plus
  • Ce film est préservé et consultable à la Bibliothèque nationale de France (bibliothèque de recherche, sur accréditation).
    Plus d'informations sur le dépôt légal

"Installé dans son salon devant un drap qui fait office d'écran de cinéma, Marcel Ophüls répond aux questions de François Niney sur des extraits de ses principaux films. Puis, accompagné du journaliste et écrivain, l’auteur du Chagrin et la Pitié (1969) et de Veillées d’armes (1994) part visiter les Pyrénées toutes proches, montagnes par lesquelles il est passé pour fuir, avec sa famille, les rafles de la Gestapo.
La plupart des distinctions dont les films de Marcel Ophüls ont été honorés émanent de l’étranger. S’il attache peu d’importance à ces récompenses (les prix sont entreposés dans le couloir qui mène aux toilettes), le cinéaste interprète néanmoins cela comme un symptôme : la France a du mal à regarder son passé en face, notamment son passé collaborationniste. De film en film, Ophüls est devenu la mauvaise conscience du XXe siècle, interrogeant la notion de crime de guerre ou stigmatisant notre immobilité face à la guerre en ex-Yougoslavie. Quelques interviews emblématiques de sa méthode sont ici analysées : derrière la caméra, mais présent par les questions qu’il pose, cherchant la faille, piégeant, Ophüls filme au plus près la parole, celle par exemple d’un SS qui ne regrette rien, ou celle encore de Régine, sa femme, dont le visage lui fait venir les larmes aux yeux lorsqu’elle confesse à des étudiants américains qu’elle faisait partie, elle aussi, des jeunesses hitlériennes."
(Teddy Lussi)

Son of the famous filmmaker Max Ophuls, Marcel Ophuls is a filmmaker who is both recognised and ignored. François Niney and Bernard Bloch met him twice in his Lucq de Béarn house.
Thanks to extracts from their films (The Sorrow and the Pity, Memory of Justice, Hotel Terminus, Veillées d’armes), we discover his "method".
Challenging witnesses or protagonists, the filmmaker does not really want to make them evoke past facts: he wants them to judge circumstances or acts made then in the present.
The screen becomes a public space where visions of yesterday and today are confronted as well as witnesses’ judgements and interviewed people’s judgements.
Through a strong commitment towards History, Marcel Ophuls’films make us judge our behaviours and acts.