film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Arlit, deuxième Paris
© MKJ Films
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Idrissou Mora-Kpai

AUTEUR(S)

Isabelle Boni-Claverie

SON

Tchombiano

MONTAGE

Vera Memmi

MUSIQUE ORIGINALE

Amadou Sariki Nomma

PRODUCTION / DIFFUSION

Hubert Bals Fund, MKJ Films, Noble Films

PARTICIPATION

Hubert Bals Fund, AIF (Agence intergouvernementale de la Francophonie), CNC, Commission européenne, EZEF

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Idrissou Mora-Kpai, La Maison du doc

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Née des mines d’uranium et de l’immigration, Arlit, ville située dans le désert nigérien était l’équivalent dans les années 70, pour la sous-région africaine, du New York du XIXe siècle. Une sorte de terre d’aventure où il paraissait possible à tout un chacun de se faire une situation meilleure. La rébellion touarègue et la chute des cours de l’uranium ont changé la donne. Ancien Eldorado et plaque tournante de la région dans les années soixante dix en raison de l’exploitation de l’uranium par la Cogema, c’est une ville fantôme depuis la rébellion touarègue et le départ annoncé de la société française. Arlit s’est aussi métamorphosée en lieu de transit pour les clandestins en partance pour l’Algérie. Ce film met ainsi en évidence l’étonnant mélange de population dû aux couches de migrations successives qui font de ce lieu un endroit unique et magique.

Arlit sprang up through uranium mines and immigration, and in the 70s was the equivalent of 19th century New York for that part of Africa. It was a kind of land of adventure where everything seemed possible, where everyone could better their situation. The Touareg rebellion and the collapse of the price of uranium changed everything.

Sortie en salles
  • Date de sortie non définie à ce jour
Distinctions