film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Veillées d'armes : histoire du journalisme en temps de guerre - Premier Voyage (92 mn) - Deuxième Voyage (141 mn)
© Little Bear
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Marcel Ophuls

PRODUCTION / DIFFUSION

Little Bear Productions, Premiere Medien (Hamburg)

PARTICIPATION

Canal+, CNC

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Bac Films, ARTE Éditions

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Allemagne, France | 1994 | 233 minutes | 35 mm
  • Un film de Marcel Ophuls

Ophuls prend le train pour Sarajevo gare de l'Est et commence son voyage là où son père Max, tourna une scène de son film De Mayerling à Sarajevo. Un rapprochement qui souligne combien les purifications ethniques d'aujourd'hui ou de naguère ne sont pas si différentes les unes des autres.
Avec un humour et un charme caustique, insolent, (qui sont la seule façon de se sortir du désespoir), Ophuls filme sur le front bosniaque où il fait un état des lieux du journalisme de guerre actuel. Documentaire sur les journalistes, la déontologie de l'information, la désinformation, la manipulation, la mise en cause du politique...
Filmant les gens comme des personnages de fiction utilisant les procédés de narration du cinéma, le film est parsemé d'extraits de films de Huston, Hawks, Wilder, Max Ophuls et chaque extrait semble dans la logique de narration et de contenu...

Ophuls takes the train for Sarajevo gare de l'Est and begins his journey where his father Max shot one scene of his De Mayerling film at Sarajevo. A parallel which underlines how little the compulsory transfers of population of today differ from those of the past. With a caustic and insolent humour and charm (which is the only way to escape despair) Ophuls films on the Bosniac front where he sums up the state of news correspondance on the present war. Documentary on the war correspondants on the ethics of information, disinformation, manipulation, putting politics in question... Filming people as if fictional characters in the way the cinema tells a story, the film is full of extracts from films by Huston, Hawks, Wilder and Max Ophuls, and each extract seems to be at its logical place in the narration and content of the film...

Distinctions
  • 1995 : Scam - Paris (France) - Documentaire de l'année