film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Bania
Les Bains
© Les Films d'ici
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

David Teboul

PRODUCTION / DIFFUSION

Les Films d'ici, ARTE France

PARTICIPATION

Angoa-Agicoa, CNC, Procirep

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Les Films d'ici, La Maison du doc, ARTE VOD

ISAN : 0000 0001 9E9C 0000 B 0000 0000 4
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • France | 2005 | 65 minutes | DV Cam
  • Un film de David Teboul

Des corps. Rien que des corps nus qui déambulent, se croisent, se mêlent et se touchent. Nous sommes introduits dans les traditionnels bains russes, univers exclusivement masculin où les hommes se lavent, se frottent, se massent entre eux.
Dans ce huis clos, la gent masculine partage sans pudeur sa toilette intime transformée en un véritable rituel. Cette absence de retenue laisse place, dans un silence presque religieux, au souci méticuleux de se purifier. La nudité dans ce qu’elle a de plus simple, de plus cru, de plus laid et, paradoxalement, de plus beau est ainsi exposée à travers ce film. Une certaine esthétique du corps en perdition.
Tantôt la caméra se pose et s’attarde sur les peaux usées, flétries et vieillissantes, tantôt sur d’autres plus jeunes. Toujours, elle parvient à se faire oublier et à capter l’essence même de ces bains : une communion silencieuse qui met à nu la vérité de chacun.
Bania appréhende la société russe en se concentrant sur les Bains, à la ville comme à la campagne, dans un monastère, une usine ou une prison.
Le film joue sur les frontières de l'intime et du social, dans des scènes de bain où, sur les corps nus, se lisent les tatouages, les blessures, les marques du travail ou de la guerre. C'est le film d'un photographe qui, face à ces corps nus baignés de vapeur, invente un univers plastique unique, intemporel, à la manière de peintures anciennes.