film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Paul Klee, le silence de l'ange

À la fois ludique et poétique, le film de Michael Gaumnitz nous promène chronologiquement, à petites touches délicates, dans l’univers de Paul Klee. Comme ses contemporains Kandinsky et Delaunay, celui-ci révolutionne la notion de composition et l’usage de la couleur. En contemplant l’ultime aquarelle peinte lors d’un voyage en Tunisie, en 1914, devant les portes de Kairouan, on peut l’entendre dire : “La couleur et moi sommes un”. Ce sont les mots du peintre-poète, tirés de ses lettres et de ses Écrits pédagogiques, qui nous guident le long de ce chemin. Découpé en chapitres (“l’équilibriste”, “le rêveur”, “le promeneur”, “le théoricien”, etc.), le parcours reste au plus près du trait et des toiles, jalonné par les œuvres majeures. À la douceur musicale d’Ad Parnassum répond ainsi la violence épurée des 245 dessins qu’inspire au peintre le triomphe du nazisme. Jamais didactique, Michael Gaumnitz donne les clés nécessaires pour comprendre et admirer, jusqu’au silence et à la mort de l’artiste : en 1939, alors que “son corps, comme l’époque, se désagrège”, Paul Klee dessine des dizaines d’anges pour conjurer sa peur de la disparition... Comme la musique qu’il aimait, et jouait quotidiennement avec sa femme pianiste, les multiples visages de Paul Klee (autoportraits, photos d’archives...) accompagnent cette découverte progressive de l’homme et de son œuvre

Distinctions