film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Paysage imposé
© Atlante productions
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Pierre Creton

IMAGE

Pierre Creton

PRODUCTION / DIFFUSION

Atlante productions

PARTICIPATION

Pôle Image Haute-Normandie

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Atlante productions, Capricci Films

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Le cinéaste filme une année de formation dans un lycée agricole à Yvetot. À travers cette démarche, il questionne la notion de paysage, d’environnement, entre le familier et le remarquable, entre le quotidien et l’historique.

"Si le "paysage" n’est pas une forme étrangère aux précédents films de Pierre Creton, ce dernier persiste, mais retourne à l’école pour mettre la question à l’épreuve de son apprentissage. C’est dans le lycée agricole d’Yvetot qu’élèves, enseignants racontent leur expérience du terme, son évaluation, son évolution, son avenir.
Mais le film n’en fait pas une étude systématique, ni un thème, sinon au sens musical, car y apparaissent aussi d’autres paysages. Ceux des visages d’adolescents et de leurs gestes, ceux de leurs salles de classe, de leurs ateliers, salles de jeux et couloirs. En bref, la mémoire d’une enfance aussi assurée de se métamorphoser que les géographies apparemment immobiles dans lesquelles nous nous mouvons. Images sur le temps sensible au moins autant que sur l’espace, rien ici n’est imposé."
(Jean-Pierre Rehm - FIDMarseille)

If ’landscape” is no stranger to Pierre Creton’s previous films, he persists with it here, but goes back to school to put landscape to the test through learning about it. In an agricultural school in Yvetot, pupils and teachers recount their experience of the term, its evaluation, its evolution and its future. But the film is not a systematic study of it, nor is it a theme, except in the musical sense, because other landscapes also appear in it – those of teenagers’ faces and their gestures, those of their classrooms, their workshops, their games rooms and their corridors. In short, the memory of a childhood as likely to change as the apparently still geography in which we move about. Images about sensitive time at least as much as about space. Nothing here is imposed. (Jean-Pierre Rehm)

À propos du film