film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Hier, au milieu du fleuve bleu
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Chine, Allemagne | 2004 | 100 minutes
  • Un film de Tamara Wyss

Le 26 octobre 1911, Fritz et Hedwig Weiss, qui se sont mariés en juin à Berlin, arrivent à Yichang, porte d’entrée des spectaculaires gorges du Yang-tseu-kiang. Cela fait un mois qu’ils remontent le "fleuve Bleu", car c’est à l’époque la seule voie pour se rendre au Sichuan, province du centre de la Chine. Ils vont à Chengdu, sa capitale, où Fritz a été nommé consul d’Allemagne. À Yichang, ils troquent leur paquebot contre une jonque qui, hissée par des centaines de haleurs, leur fait remonter les rapides. Après maintes péripéties, ils arrivent à Chongqing, terminus du voyage en bateau, puis à Chengdu en avril 1912, malgré les troubles liés à l’avènement de la république. En 1917, le rapprochement entre la Chine et les alliés oblige les Allemands à quitter le pays. Fritz et Hedwig Weiss ne retourneront jamais en Chine. À cent ans d’intervalle, leur petite-fille, Tamara Wyss, a posé ses pas dans les leurs. En 2002, quelques semaines avant la mise en service du barrage des Trois-Gorges, elle a emprunté leur itinéraire avec, en guise de viatique, leurs photos, leurs lettres et leurs enregistrements sonores (magnifiques chants des haleurs). Elle filme les gens à qui elle montre les photos, les lieux qu’elle met en parallèle avec les descriptions faites par ses grands-parents. Le paysage s’est modifié. Les villes sont méconnaissables. Le pays est balayé par un vent de modernisation. À Chengdu, l’ancienne cité impériale a été détruite pour construire des immeubles. Certaines villes seront bientôt recouvertes par les eaux du barrage – dont on visite au passage le pharaonique chantier. De la Chine de Fritz et Hedwig, il reste les entailles que les cordes des haleurs ont creusées dans les rochers de la rive ; l’escalier millénaire reliant Fengjie à son port ; les souvenirs d’une vieille Chinoise à qui sa mère bandait les pieds… Tamara Wyss pose sur tout cela un regard léger et curieux – manifestement hérité de sa grand-mère, exploratrice intrépide d’il y a un siècle. Son film est un dépaysement où alternent de beaux paysages (malgré tout), des villes aux antipodes des nôtres et des visages souriants. Un fascinant voyage