film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Voorjaar
Printemps - Trois portraits
© Lucid Eye films
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Johan Van der Keuken

IMAGE

Johan Van der Keuken

SON

Chris Brouwer, Menno Euwe, Noshka Van der Lely

MONTAGE

Johan Van der Keuken, Fred van Dijk

MUSIQUE ORIGINALE

Willem Breuker

PRODUCTION / DIFFUSION

Lucid Eye films, VPRO TV

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

EYE Film Institute Netherlands, ADAV

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Des "instantanés" pris dans la réalité sociale de l’Europe de l’Ouest. Des portraits de gens qui, chacun à leur manière, vivent les tensions économiques du milieu des années 70. Dans les portraits de Joop Uchtman, qui a travaillé jusqu’à l’année dernière comme contremaître dans un atelier de textile, et de Doris Schwert, une jeune femme qui suit la tradition communiste de son père, j’ai surtout travaillé sur la parole, en interviewant les personnages de façon frontale, tout en tenant la caméra sur l’épaule (la caméra est un protagoniste du film). Dans le troisième portrait, les mots sont rares. Il commence au moment où Jan van Haagen, ouvrier métallurgique, quitte à bicyclette la rue où il vit dans une banlieue d’Amsterdam. Le film montre tous les gestes qu’il accomplit au cours de sa journée de travail, de façon condensée: les 9 heures 25 qu’on passe en sa présence défilent en 12 minutes.

Snapshots of real life in Western Europe - portraits of people, who each in their own way, experienced economic tensions in the mid ‘70s. In the portraits of firstly Joop Uchtman, who worked until recently as a foreman in a textile workshop,and secondly Doris Schwert, a young woman who follows the communist tradition of her father, I have above all focused on words, interviewing people face to face with the camera, keeping the camera on my shoulder (the camera is itself a protagonist of the film). In the third portrait, words are rare. It begins at the point when Jan van Haagen, a metal worker, cycles down the road where he lives in a suburb of Amsterdam. The films shows all the details of a normal working day in condensed fashion: 9 hours 25 minutes transposes into 12 minutes on film.