film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Tondues en 44
© Les Productions du Lagon
1/1
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

La Libération de la France en 1944/1945 a été une période complexe où se mêlèrent joie et enthousiasme pour certains mais aussi crainte et tristesse pour d’autres. Pour cimenter cette joie collective, un exutoire commun permet d’exprimer ces retrouvailles : s’en prendre aux collaborateurs, aux prisonniers allemands, à tous ceux qui ont eu des comportements jugés indignes.
Parmi ceux-là, les femmes qui ont eu des relations affectives avec des soldats allemands seront tondues. Pour la plupart de ces femmes, c’est presque toujours la même histoire, celle d’une France occupée dans laquelle des jeunes filles, par insouciance ou inconscience, franchissent les interdits et commettent l’impensable : le délit d'adultère avec l’ennemi de la Nation.
Au travers des destins croisés de femmes retrouvées, le film nous conduit de Paris à Montauban, Grenoble, La Mûre, Fouras, Saint-Flour et Aix-les-Bains. Fabrice Virgili, historien qui a consacré plusieurs années d’études sur ce sujet à travers un ouvrage intitulé La France Virile, pose une véritable réflexion sur la symbolique de la tonte.

Until only recently, historians have tended to play down the incidents of women having their heads shaved at the Liberation for collaboration, considering it a peripheral phenomenon. While the “shorn-headed woman” is a powerful image of the Liberation, this practice was widespread across the country in 1944-45. For most of these women, it was almost always the same story – in occupied France, reckless or unthinking young girls committed the unthinkable: sleeping with the enemy. This film travels around France in search of Madeline, Jacqueline and Therese, victims of shearing at the Liberation. In these overlapping portraits, the film goes back into the past as it raises questions about French society in general.