film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Des Indes à la planète Mars
© Point Ligne Plan
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Christian Merlhiot, Matthieu Orléan

PRODUCTION / DIFFUSION

Atelier d'Ivry

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Pointligneplan, ADAV

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Elise Müller a trente-deux ans lorsqu’elle rencontre Théodore Flournoy qui décide d’assister aux séances de spiritisme qu’elle donne à Genève. On est en 1894, la réputation du médium est en plein essor et Flournoy vient d’obtenir la chaire de psychologie à la faculté de Genève. Leur rencontre marque un tournant radical dans la carrière du médium qui développe alors, pendant plus de six ans, deux fictions romanesques assorties de l’invention de langues imaginaires. Existe sur cette histoire une documentation précise: le compte-rendu des séances de spiritisme rédigé par un collaborateur de Flornoy.
C’est à partir de ces documents qu’est construit le texte dit par les acteurs de ce film. On aura tôt fait de saisir qu’au-delà d’une anecdote, typique d’un tournant d’un siècle où le fantastique marque son apparition au croisement de la psychologie, il s’agit ici d’enregistrer l’invisible. Invisibles, bien sûr, les contours et les traits des créatures rapportées par les récits du médium. Mais aussi les voix, et plus généreusement, ce qui s’appelle le travail du comédien. Documenter la puissance de "fictionnement", voilà le pari ici porté. Il fait des acteurs des médiums en différé, et des spectateurs les témoins d’une fabrique d’histoires en direct.
(Jean Pierre Rehm, FIDMarseille 2007)

Elise Müller was thirty-two years old when she met Théodore Flournoy at a spiritualist séance that she was giving in Geneva. It was 1894, the reputation of the medium was in the ascendant and Flournoy has just been given the chair of psychology at the faculty of Geneva. Their meeting marks a radical turning point in the career of the medium who then produced, over a period of more than six years, two pieces of fiction matched by the invention of imaginary languages.
Documentation of this story exists in the form of reports of spiritualist séances written by one of Flournoy’s collaborators. It is from these documents that the text spoken by the actors in the film has been constructed. One quickly grasps that beyond an anecdote, typical of a turning point in a century in which fantasy marks its appearance at the crossroads with psychology, it is about recording the invisible. Invisible, of course, are the contours and the features of creatures reported by the stories of the medium. But also the voices, and more generously, what is known as the work of the actor. The stake here is to document the power of the "fictionalising". It turns the actors into deferred mediums and the spectators into witnesses of a live fabrication of stories. (Jean Pierre Rehm, FIDMarseille 2007)

Thématique