film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
David Toop - I never promised you a rose garden : a portrait of David Toop through his records collection
© Sub Rosa
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Guy-Marc Hinant, Dominique Lohlé

PRODUCTION / DIFFUSION

Sub Rosa

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Sub Rosa, ADAV, La Maison du doc

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Distributeur(s) :

    Sub Rosa

  • Vidéothèque permanente, gérée par la Maison du documentaire, accessible sur place ou à distance et réservée exclusivement aux professionnels de l’audiovisuel.
    En savoir plus
  • Film disponible à l'Adav, catalogue réservé aux établissements éducatifs et culturels.
    En savoir plus

David Toop, dans sa maison du nord de Londres, nous fait écouter, pendant plusieurs jours, des vinyls et questionne : la musique a-t-elle des limites ? Les vomissements collectifs de ces shamans défoncés en pleine Amazonie, en est-ce ou n'en est-ce pas ? A-t-on idée du chant funèbre du Potu ? Comment les enregistrements de John Levy ont-ils radicalement changé la perception "dans un sens anti-touristique" ? En quoi la musique d'improvisation et l'électronique ont-elles remis en cause certaines frontières séculaires ? Quelle influence a eu le chanteur solitaire de rockabillly Hasil Adkins sur le groupe électronique finlandais Panasonic ? Doit-on présenter le tout sur de l'amorce noire ? Il nous a fallu 96 minutes pour entendre ces interrogations, en écouter le son, sans pouvoir toujours y répondre.

A In his home in the northern part of London, David Toop plays us records for several days and asks: Does music have any limits? The collective vomiting of spaced out Amazonian shamans, is it music or not? Can we imagine the dirge of the Potu? How did John Levy’s recordings radically change our Perception? How did improvised music and electronica redefine some secular frontiers? What influence did solitary rockabilly singer Hasil Adkins have on Finnish electronic group Panasonic? Should we present all that on black leader? It took us 90 minutes of film to hear these interrogations and listen to their sound.

Thématique