film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Jenny Bel’Air, une vie à l'envers
© La Huit Production
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Régine Abadia

IMAGE

Régine Abadia

SON

Annaig Bouguennec, Claire Hauter, Jean-François Mabire

MONTAGE

Joseph Licidé

PRODUCTION / DIFFUSION

La Huit Production, Heroic Films, Cityzen télévision, Cityzen télévision

PARTICIPATION

CNC, Procirep

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

La Huit Distribution, ADAV, La Maison du doc

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Jenny Bel’Air est connue pour avoir été dans les années 80 la physionomiste la plus excentrique de la porte du Palace, ce lieu mythique de la nuit parisienne. Aujourd’hui, elle a cinquante ans et continue de manier la langue avec impertinence, avec un humour incendiaire et dévastateur. Jenny est un personnage foncièrement subversif avec un sens de l’humour et de la provocation joyeusement salvatrice. Ni homme, ni femme, ni Blanche, ni Noire, une violence à faire peur et une douceur attendrissante, Jenny a le port d'une reine et l'âme d'une clocharde, à moins que ce ne soit l'inverse. Ce film, qui résonne comme un hymne à la marginalité, raconte aussi l’histoire d’un petit garçon à qui on a volé une enfance et qui s’en est sorti avec brio, talent et démesure.

In the 1970s, Jenny Bel'Air made a furor at the “Nuage” in Saint-Germain-des-Prés. She performed “Funny Girl” in playback, singing to Brazilian melodies. She got involved with activists in the Homosexual Front for Revolutionary Action and belonged to the Gazolines whose chant in the May Day parades was: “Proletarians around the world, touch yourselves”. A few years later, she became the most eccentric bouncer at the Palace doors.
Today, at the age of fifty, she continues to wield words with sauciness and a seditious, caustic wit. A film on Jenny Bel’Air is more than just a portrait; it’s a kind of call for desertion. Jenny is a fundamentally subversive figure with a provocative sense of humour and a redemptive exuberance. Neither male nor female, neither Black nor White, Jenny has the bearing of a queen and the soul of a tramp, unless it’s the other way around.
We laugh along with her at a world that seems to be spinning in reverse. She’s like the star in a surreal drama about the human condition in distress; a spectacle where the story of one remarkable individual – one person’s moving, unsettling, topsy-turvy life – stands out: hers.

Distinctions