film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Le Dama d'Ambara, enchanter la mort
© CNRS audiovisuel
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Jean Rouch, Germaine Dieterlen

SON

Guindo Ibrahima

MONTAGE

Danielle Tessier

PRODUCTION / DIFFUSION

CNRS audiovisuel, Comité du Film Ethnographique - CFE

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

CNRS audiovisuel, ADAV, ADAV, BnF - Bibliothèque Nationale de France, Éditions Montparnasse

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Tous les cinq ans, la société des masques des Dogons de Sanga, au Mali, organise un grand Dama, levée de deuil pour chasser la "chose dangereuse". Cette cérémonie avait été observée et analysée par Marcel Griaule. Il s'agit ici du grand Dama de sept dignitaires dont Ambara Dolo, principal informateur de Marcel Griaule. Le Dama dure trois jours pendant lesquels les nouveaux masques peints et ornés défilent et dansent pour enchanter les âmes des morts qui encombrent le village. En éclaireurs viennent les masques cavaliers peuls suivis des masques tourterelles. Puis survient le masque Azagay (le renard), qui conduit le défilé composé de masques aux noms évocateurs : masques marabouts, poules de rochers, jeunes filles peules, guérisseur, jumelle du renard, policier et maisons à étages.

The Dama from Ambara, bewitched the death Every five years, the Dogons masks society of Sanga, in Mali, organizes a great Dama, lifting of mourning to hunt the “dangerous thing”. This ceremony was observed and analysed by Marcel Griaule. It is the great Dama of seven dignitaries, including Ambara Dolo, main inside source of Marcel Griaule. The Dama lasts three days during which new painted and decorated masks pass by and dance to bewitch the dead souls that congest the village. First, the Fulani riders masks come, then the dove masks. After that, Azagay (fox) masks, which leads the parade composed with masks with suggestive names: marabou masks, stones chicken, young Fulani girls, healer, twin of fox, policeman and floored houses.

À propos du film
    CNRS audiovisuel